• Warning: Use of undefined constant cinecoulisses - assumed 'cinecoulisses' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/16/d333407159/htdocs/_d/wp-content/themes/cinecoulisses/functions.php on line 93

    Warning: Use of undefined constant R_5e70617602ea15aea9ac97d77ddd7ea8 - assumed 'R_5e70617602ea15aea9ac97d77ddd7ea8' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/16/d333407159/htdocs/_d/wp-content/themes/cinecoulisses/functions.php on line 94
  • 0 comm's
A la une
[Critique] Avengers : Infinity War
Egalement dans l'actu
[Critique] L'Île aux Chiens

On a vu "L'Apprenti Sorcier"

Cette année 2010 est décidément prolifique pour l'association entre Jerry Bruckheimer et Walt Disney Pictures. Après Prince Of Persia : les Sables du Temps au mois de mai, voici L'Apprenti Sorcier qui débarque sur nos écrans. Là où Toy Story 3 avait suscité énormément d'attentes chez moi qui ont été amplement comblées, j'avoue que les premières images que j'avais pu voir de L'Apprenti Sorcier ne m'avaient pas emballées plus que ça... De plus avec Jerry Bruckheimer à la production, Jon Turteltaub à la réalisation et Nicolas Cage dans le rôle titre le risque était grand de retrouver un clone (ou pire un ersatz) de Benjamin Gates. Alors, qu'en est-il vraiment ?

Le film

Balthazar Blake (Nicolas Cage) est un grand sorcier vivant de nos jours à Manhattan. Il tente de défendre la ville contre son ennemi juré, Maxim Horvath (Alfred Molina). Balthazar ne pouvant y arriver seul, il engage alors –un peu malgré lui– Dave Stutler (Jay Baruchel), un garçon apparemment ordinaire qui a pourtant un vrai potentiel, pour devenir son apprenti. Le sorcier donne à son apprenti réticent un cours express sur l’art et la science de la magie, et ensemble, ces deux associés improbables vont tenter de stopper les forces des ténèbres. Il faudra à Dave tout son courage, et même davantage, pour survivre à sa formation, sauver la ville et embrasser la fille qu’il aime...

Le film sort dans les salles françaises (et pas que) ce mercredi 11 août 2010.

Notre avis

Contrairement à ce que son nom pourrait laisser penser, L'Apprenti Sorcier n’est pas une adaptation du célèbre segment de Fantasia mais plus un hommage. Un sorcier et son malheureux apprenti se retrouvent au coeur d’un combat millénaire qui oppose le bien et le mal, et celui-ci prend place de nos jours au coeur de Manhattan. Les cinéastes ont situé leur histoire dans des lieux aussi emblématiques que Times Square, Wall Street ou Chinatown. Jerry Bruckheimer, Jon Turteltaub et leur équipe ont transformé New York en un vortex de science et de magie, un champ de bataille entre sorciers qui déchaînent leurs pouvoirs.

Si le film a pu naître sur le grand écran, c’est en grande partie grâce à Jerry Bruckheimer qui adore le monde de la magie et était emballé à l'idée de proposer au public d’aujourd’hui une histoire de sorcellerie et grâce au "sorcier" Nicolas Cage et à son goût pour la magie. Le leit-motiv du film est que les sorciers et l’art très ancien de la sorcellerie sont bien vivants, qu’ils existent au coeur de nos villes à l’heure où nous parlons et que la magie est partout autour de nous. Nicolas Cage, qui retrouve ici Jerry Bruckheimer pour la septième fois et Jon Turteltaub pour la troisième raconte ainsi « qu'il était partant pour essayer quelque chose de neuf, et qu'il avait envie d’explorer un monde magique, fantastique, un univers où il puisse incarner un personnage possédant des capacités mystiques ».

L’histoire associe deux quêtes. Agé de plus de mille ans, Balthazar Blake fut autrefois l’élève de Merlin et parcourt depuis inlassablement la planète à la recherche du premier Merlinien, le descendant de Merlin, qui a hérité de ses immenses pouvoirs. Etudiant en physique à l’université de New York, Dave Stutler est un garçon solitaire et peu sûr de lui, qui se cherche encore et qui n'a nul envie de devenir sorcier... A l’âge de 10 ans, Dave s'est retrouvé dans une boutique bizarre face à Balthazar Blake, qui lui a donné un anneau représentant un dragon qui a pris vie lorsqu’il l’a enfilé à son doigt. Blake lui a alors prédit qu’il allait devenir un grand sorcier, puis le jeune Dave a assisté à un terrible combat entre Balthazar et un autre sorcier nommé Maxim Horvath. Dix ans plus tard Balthazar et Horvath surgissent à nouveau dans sa vie, Dave doit à présent affronter une destinée qu’il aurait préféré ignorer...

Jay Baruchel, qui joue Dave, nous explique « Il est passionné de physique, il y consacre sa vie. Balthazar va lui révéler que ce n’est pas un hasard s’il est attiré par cette discipline. Si l’illusion et la magie sont deux choses différentes, la magie et la science sont par contre une seule et même chose. Pouvoir faire évoluer ce personnage, le faire passer progressivement de cet étudiant coincé et solitaire à ce que devient Dave était pour moi passionnant. »

Le rôle du sorcier maléfique, Maxim Horvath, est campé par Alfred Molina à qui les rôles de méchants siéent définitivement bien. Il y a plus de mille ans, Horvath était, tout comme Balthazar Blake et Veronica -intepretée par Monica Bellucci dont la participation s'apparente plus à de la figuration qu'à un véritable rôle-, un disciple de Merlin et était alors du côté des forces du bien. Mais Maxim et Balthazar sont tous deux tombés amoureux de Veronica ce qui les a séparés, et Horvath s’est rangé du côté du mal en s’alliant à la méchante Morgane. Horvath et Balthazar s’affrontent depuis des siècles et se retrouvent aujourd’hui face à face à New York. Alfred Molina commente « C’est la lutte du bien, représenté par le personnage de Nicolas Cage, contre le mal, que représente le mien. »

Le casting de L'Apprenti Sorcier est complété par la charmante Teresa Palmer qui interprète Becky, dont Dave tombe amoureux.

Comme le laissaient présager les différents bands annonces les effets spéciaux sont vraiment sympathiques et parfaitement maîtrisés, et c'est tant mieux tant ils sont omniprésents dans ce film (on se demande presque si il y a des plans non truqués). Certaines scènes en profitent réelement, mon coup de coeur alant à cette version 2010 de la séquence de Fantasia où Dave reprend le mythique rôle de Mickey et tente de maîtriser des balais pour un grand ménage qui s'annonce plus compliqué que prévu...

Une scène -que je vous laisse le soin de découvrir- à la toute fin du générique ouvre la porte à un deuxième volet. Celui-si se déroulerait entre New York et l'Angleterre (Merlin oblige...) et pourrait voir l'apparition du personnage de Chernabog (le vilain méchant de la séquence Une Nuit sur le Mont Chauve, dans Fantasia) et celle de l'épée d'Excalibur... A la vue des premiers résultats aux Etats-Unis et autour du monde du monde, très en dessous des espérances de Disney, il n'est pas gagné que cette suite voit le jour...

Conclusion

Quelques semaines après Prince Of Persia : les Sables du Temps, la nouvelle production de Jerry Bruckheimer surprend agréablement. Là où certains passages de Prince of Persia m'avaient laissé un sentiment mitigé, surtout au niveau des facilités scénaristiques et des clichés, L'Apprenti Sorcier ne m'a aucunement donné cette impression. Alors que je n'attendais pas grand chose de ce film -les différentes bandes annonces que j'avais pu voir avaient suscité de la curiosité chez moi mais sans plus-, cet hommage à Fantasia -ce nouveau sorcier et son apprenti sont en effet bien loin de Mickey et de son chapeau bleu- m'a convaincu.

J'ai passé un très bon moment, le film est entrainant et rythmé, sans temps-mort. On ne s'ennuie pas. Les acteurs jouent bien et les personnages sont sympathiques. On retrouve la touche Benjamin Gates (une bonne partie de l'équipe, producteur et réalisateur compris, est la même) et un soupçon de Percy Jackson et le voleur de foudre (le pitch est le même, un anonyme qui se retrouve choisi en tant qu'élu), et au final on obtient un très bon divertissement qui vous ferra passer un bon moment entre humour (et autodérision) omniprésent et effets spéciaux plein les yeux.

Fiche technique
Un film de Jon Turteltaub, produit par Jerry Bruckheimer
Sur une histoire de Matt Lopez, Lawrence Konner & Mark Rosenthal
Scénario de Doug Miro, Carlo Bernard & Matt Lopez
Musique de Trevor Rabin
Avec Nicolas Cage, Jay Baruchel, Alfred Molina, Teresa Palmer, Monica Bellucci...
Durée: 1h50
Titre original: The Sorcerer’s Apprentice

©Walt Disney / Jerry Bruckheimer