[Critique] Moi Moche et Méchant

Début 2007, Universal Pictures décide de créer un département Famille & Animation, Illumination Entertainment, avec à sa tête le producteur à succès Chris Meledandri. Déjà fondateur de la section Animation pour 20th Century Fox, Meledandri est ainsi à l’origine de la franchise L'âge de glace. Après Horton, sa nouvelle production s’appelle Moi Moche et Méchant et met à l’honneur Gru, un méchant vilain...

Synopsis

Au coeur d’un charmant quartier résidentiel quadrillé de clôtures de bois blanc et orné de rosiers fleurissants, se dresse une bâtisse noire entourée d’une pelouse en friche. Cette façade sinistre cache un secret : Gru, un méchant vilain, assisté d’une myriade de sous-fifre, les minions, et armé jusqu’aux dents, qui, à l’insu du voisinage, complote le coup du siècle : voler la lune. Oui, la lune !

Gru affectionne les sales joujoux et possède une multitude de véhicules de combat aérien et terrestre et un arsenal de rayons en tous genres - pistogel (rayon immobilisant) et autre pisto-réducteur (rayon rétrécissant) – qu’il utilise sans retenue contre les importuns et les enquiquineurs qui ont le malheur de se trouver sur son chemin... jusqu’au jour où entrent dans sa vie trois petites orphelines qui attendent de lui une toute autre façon d’être, digne d’un papa! Le plus grand vilain de tous les temps se retrouve confronté à sa plus dure épreuve : trois fillettes prénommées Margo, Édith et Agnès.

Moi Moche et Méchant sort le 6 octobre prochain au cinéma partout en France, en 3D dans les salles équipées.

Mon avis

Dés l’origine, l’objectif pour Illumination était d’élaborer une histoire originale qui servirait de marque de fabrique à la nouvelle société de production. «L’idée de faire un film d’animation dans lequel le personnage principal est un méchant reste inhabituelle et ambitieuse. À la fin du film, Gru n’est plus le même, et cette transformation n’est possible qu’en lui attribuant des traits de caractères ouvertement désagréables au début» explique Meledandri. «L’appréciation de son parcours n’aurait pas la même force s’il n’avait pas démarré si bas.»

Gru est un vilain énergumène qui adore faire toutes sortes de vacheries aux gens. Il se permet tout ce que chacun de nous rêve secrètement de faire et est en passe de devenir le plus grand vilain de tous les temps en commettant le coup du siècle, mais sa plus dure épreuve l’attend... Aussi dément, diabolique ou méchant que Gru puisse sembler, son humanité transparaît petit à petit au cours de l’histoire. Le film en dit long sur la capacité qu’ont les gens de changer et de s’épanouir, quelqu’un qui se montre détestable au premier abord peut finalement se révéler être une toute autre personne...

Malgré un scénario parfaitement maîtrisé, l'histoire peine à être épique et ne parvient que difficilement à nous transporter. La réelle force du film est plutôt à chercher du côté de ses personnages qui font que celui-ci est réellement touchant. Bien qu’ils soient en grande partie des caricatures, ils sont réellement attachants, charismatiques et drôles. S’il est un peu difficile de déterminer qui sont les gentils et qui sont les vilains au début du film, les choses se précisent à mesure que l’histoire évolue...

Terré dans une forteresse impénétrable, l’ennemi juré de Gru, Vector, passe son temps à jouer aux jeux vidéo et à comploter pour déjouer les plans de Gru. Ses armes favorites : le pistoranha et le lance-calmars, deux pistolets à munition vivante...

Aînée des trois petites orphelines, Margo veille sur ses deux soeurs cadettes, protectrice farouche et effrontée, elle n’a pas peur de tenir tête à Gru et à son sens de l’éducation. Le genre de gamine à tester les limites de tout et de tout le monde, Édith n’est pas exactement la fillette dont pourraient rêver de potentiels parents adoptifs. Cadette des trois orphelines, Agnès est l’innocence même. Même si elles ne l’avouent pas, ce que les trois fillettes recherchent plus que tout c’est une famille stable et aimante (avec une licorne pour Agnès).

Purs produits de l’animation, les minions ne figuraient pas dans l’idée originale du film. Ces petites créatures jaunes et pas très futées sont les fidèles sous-fifres de Gru, de vraies petites bêtes de somme dévouées à leur maître et à ses plans saugrenus, ils servent avec enthousiasme de cobayes à ses tests de crash et collision en tous genres. Leur mélange d’innocence et d’espièglerie les rend irrésistibles, et c'est en groupe qu'ils sont le plus intéressants et le plus drôle, interagissant réellement entre eux. Bien qu’ils se ressemblent tous et qu’ils soient innombrables, chaque minion est unique avec sa propre personnalité, ses signes distinctifs et même un nom...

Pour l’aider à mener à bien ses projets et protéger sa forteresse des intrus, Gru peut compter sur les services d’un savant fou, le Professeur Nefario, qui travaille d’arrache-pied à l’élaboration d’armes et de véhicules de combat de pointe pour son patron. Ce tableau est complété par la maman de Gru, un vrai dragon qui quoi qu’il fasse trouve toujours quelque chose à redire, et par le père de Vector, banquier travaillant à la banque des méchants et prêt à tout pour que son fils dépasse Gru.

L’univers créé pour le film est truffé de détails comiques et inventifs. Gru est délicieusement malveillant et son environnement reflète son caractère, tel ce tableau accroché dans son antre où l’on distingue un énorme bloc de pierre sur le point de s’écraser sur un bus de touristes infortunés. Son énorme bâtisse noire fait tâche au coeur de la charmante zone pavillonnaire qui l’entoure, sa voiture est certainement le véhicule le moins écologique qui existe, tout est un peu usé et détraqué car son personnage n’est plus dans la fleur de l’âge... A l’opposé, Vector est un gosse de riche qui n’a jamais manqué de rien, il vit à l’intérieur d’une immense console de jeux hyper sophistiquée payée par son riche banquier de père. Les animateurs ont également créé un monde digne des meilleurs films d’espion, dans lequel Gru est soumis à toutes sortes d’explosions et autres attaques, allant du lance-roquettes au requin domestique, desquelles il ressort toujours vivant et prêt à continuer le combat.

Moi Moche et Méchant n’est pas seulement le premier film produit par Illumination, c’est aussi la première incursion de l’équipe de Meledandri dans le monde de la 3D. Qu’il s’agisse d’un casse au pisto-réducteur ou d’un tour de montagnes russes, le mot d’ordre des animateurs était d’inclure les spectateurs dans l’action. Ils se sont également rendu compte que la 3D permettait des effets comiques nouveaux. Le résultat est une 3D parfaitement utilisée et maitrisée, mais pas vraiment nécessaire au film, et qui se cantonne –comme c’est bien souvent le cas- à de la stéréoscopie et de la profondeur de champ dans la majorité des scènes, à l'exception notable du générique de fin où les animateurs se sont réellement amusés avec la 3D dans une séquence où les minions cherchent à mesurer la profondeur de l’écran...

Dés la pré-production, Meledandri est parti à la recherche des partenaires idéaux pour mettre en oeuvre toute l’animation du film, et c'est au Studio Mac Guff à Paris qu'il les a trouvés. Le producteur déclare «Une des meilleure école d’animation au monde, l’École de l’Image des Gobelins, se trouve à Paris. J’ai visité de nombreux studios, mais après seulement une heure passée chez Mac Guff, je savais que j’avais trouvé le bon. Les gens et le travail que j’y ai vus m’ont mis très en confiance.» C’est ainsi que Moi Moche et Méchant a été réalisée en partie par une équipe totalement française, qui travaillait en synergie avec leurs homologues de l’autre côté de l’océan.

Le film bénéficie d’un casting vocal original emmené par Steve Carrel (40 ans toujours puceau, Crazy Night) dans le rôle de Gru, mettant également à l’honneur Jason Segel (I love you, man) dans le rôle de Vector et Julia Andrews (inoubliable Mary Poppins) dans le drôle de la mère de Gru. La version française n’est pas en reste avec Gad Elmaleh (que l’on avait déjà pu entendre dans Bee Movie – Drôle d’abeille) dans le rôle de Gru et Eric Metayer (coutumier des films d’animations, il est entre autres la voix de Iago ou celle de Bob Rasowski) dans celui de Vector.

Découvrez un extrait du film, où Gru présente aux fillettes les règles de la maison :

En conclusion

Sans être révolutionnaire, Moi Moche et Méchant se distingue en faisant d’un méchant le héros, et en mettant en avant une facette de l’humanité dont nous ne sommes pas toujours très fiers. Détestable au début de l’histoire, Gru va évoluer au long du film et révéler sa vraie nature qui sommeille en lui, comme en chacun de nous. Le film en dit long sur la capacité qu’ont les gens de changer et de s’épanouir, quelqu’un qui se montre insociable au premier abord peut finalement se révéler être une toute autre personne...

Sorti cet été aux Etats-Unis et un partout dans le monde, le film a été une réelle surprise et a réalisé de très bons chiffres, une suite est d’ors est déjà en préparation. Doté d’un scénario qui sans être révolutionnaire ni réellement épique tient parfaitement la route, le film vaut surtout d’être vu pour ses personnages, réellement touchants et attachants, qui évoluent vraiment tout au long de l’histoire. Complétement drôle et loufoque, décalé tout en restant crédible et en gardant une morale, Moi Moche et Méchant est truffé de références, de clins d’œils, de passages comiques, pour les petits comme pour les grands et plaira à l’ensemble de la famille. Un bon divertissement à voir, ne serait-ce que pour ses si mignons minions, et un bon moment en perspective !

Fiche technique
Sortie nationale en France: 6 octobre 2010, en 3D dans les salles équipées
Un film de Chris Renaud & Pierre Coffin
Produit par Chris Meledandri, Janet Healy, John Cohen
Scénario de Cinco Paul & Ken Daurio
D’après une histoire de Sergio Pablos
Musique de Pharell Williams & Heitor Pereira
Avec les voix originales de Steve Carell, Jason Segel, Russell Brand, Kristen Wiig, Julie Andrews…
Avec les voix françaises de Gad Elmaleh, Eric Metayer…
Titre original : Despicable Me
Durée : 1h35

5 commentaires

  1. #1 Mister3ZE

    Merci pour le concours ;)

  2. #2 les lapinoux patoubo

    Je ne sais pas pourquoi mais ce film ne me tente pas du tout, en plus le grand monsieur ressemble au personnage du film Igor et un des méchants dans les 101 dalmatiens qui au passage porte les mêmes habit....
    je sais ce sont des details mais qui perso me pause probleme, manque d'originalité?

  3. #3 Matthieu

    Manque d'originalité je ne trouve pas, au contraire :). Pour une fois c'est le méchant qui est le héros du film, et en prime le film nous montre qu'en toute personne sommeille toujours un gentil et un bon côté! Et même si on peut trouver une ressemblance physique entre Gru et des personnages d'autres films, le film en lui-même ne manque pas du tout d'originalité!

  4. #4 Sandra

    Moi je le trouve super Génial ! :D Aussi bien pour les petits que pour les grands ; Chacun le prends dans le sens qu'il a envie , je trouve que l'humour utilisé es assez libre & l'histoire de la photocopieuse m'a beaucoup fait rire ! Par rapport aux personnages, je les trouves vraiment attendrissants, surtout la petite derniere qui es super craquante ! :D
    Apres , chacun ses goûts , mais moi j'ai A.D.O.R.E.R !

  5. #5 mathilde

    moi j'ai adoré et en 3D ses encore mieux ! quand ils sont a l'éspèce de fête foraine ses horrible !!!