[Critique] L'étrange pouvoir de Norman

Après le succès de Coraline (2009), le studio Laika nous présente L'étrange pouvoir de Norman. L’animation stop-motion (image par image) et la 3D, deux formes artistiques de pointe, sont au service de cette comédie horrifique...

Le film

Une petite ville est prise d'assaut par une armée de zombies. Qui peut-on appeler à la rescousse ? Le seul garçon du coin capable de parler avec les morts : Norman. Pour sauver ses congénères d'une malédiction vieille de plusieurs siècles, Norman va devoir combattre zombies, fantômes, sorcières et, les plus effrayants de tous, une tribu d'adultes demeurés. Mais ce garçon marginal aux penchants morbides va voir ses pouvoirs paranormaux poussés dans leurs derniers retranchements.

L'étrange pouvoir de Norman sort aujourd'hui 22 août 2012 dans nos cinémas, en 3D relief dans les salles équipées.

Notre avis

Un film en stop-motion prend vie image par image, mettant en scène des marionnettes entourées d’un décor fait à la main... un processus remontant à la création du cinéma, possédant une chaleur et un charme uniques, dont chaque plan relève d’une technique de haut vol. Donnant à l'animation un aspect «découpé» qui n'est pas sans rappeler l'animation traditionnelle et tranche avec le côté lisse des images générées par ordinateur (CGI pour les intimes), la stop-motion offre ici un régal à nos yeux. Pour L'étrange pouvoir de Norman, animateurs et équipes techniques ont repoussés les limites, utilisant des techniques de prises de vues inédites ou bien usant de trucages jamais osés auparavant, tant dans les marionnettes que dans les décors.

Que ce soit au niveau de l'animation ou de l'univers visuel, le studio Laika a réalisé un travail colossal. Deux ans de préparation, d'organisation méticuleuse et de plannings complexes ont ainsi été nécessaire pour mener à bien le projet. Une ou deux minutes de film nécessitaient une semaine de travail, un plan pouvant parfois prendre plusieurs heures. Avec ce nouveau long-métrage, le studio nous prouve qu'il maitrise cette technique à la perfection tant le résultat est beau, ce qui est presque un euphémisme... l'animation stop-motion atteint en effet ici des sommets, nous bluffant de séquences en séquences. Les scènes de foules et les poursuites côtoient les gros plans ou les dialogues plus intimistes et laissent définitivement de côté l’aspect «théâtre de marionnettes».

Le résultat est un sans-faute duquel se dégage une ambiance chaleureuse, haute en couleurs qui n'est pas sans évoquer - pour notre plus grand plaisir - des films comme Coraline, L'étrange Noël de Mr Jack ou même Les Goonies... une ambiance que n'aurait pas non plus renié Tim Burton, dont Frankenweenie débarque à la fin de l'année. L'ensemble baigne dans une superbe bande son signée Jon Brion.

Créé au début du siècle, Laika réunit la crème des scénaristes, réalisateurs, concepteurs et animateurs, reconnus dans le domaine de l'animation stop-motion (mais aussi 2D). Après sa participation en 2005 au film oscarisé Les noces funèbres de Tim Burton et Mike Johnson, alors tourné en Angleterre, Laika s'installe dans l'Oregon. C’est là que, sous la houlette de Henry Selick, Coraline innove en ouvrant en 2009 les portes de la 3D. L'étrange pouvoir de Norman est la plus grosse production de stop-motion jamais créé dans le monde de l’animation, et la troisième en 3D si l'on inclut Les Pirates! Bons à rien, mauvais en tout réalisé en clay-motion et sorti cette année.

L'étrange pouvoir de Norman est réalisé par Sam Fell et Chris Butler, d'après un scénario original de C. Butler. S. Fell a réalisé La Légende de Despereaux (2008) et Souris City (2006) et C. Butler a assuré les fonctions de superviseur du storyboard sur Coraline et storyboardeur sur Les noces funèbres.

Impressionnant visuellement et techniquement, le film n'en est pas moins dépourvu d'une très bonne histoire, irrévérencieuse et pleine d'aventures. À mi-chemin entre Scooby-Doo et Les Goonies, celle ci baigne dans une ambiance délicieusement rétro et où les clins d'oeil sont légions. Le film a été fait par des passionnés et cela se sent, l'oeil averti prendra plaisir à chercher toutes les références aux films cultes et particulièrement aux codes du film d’horreur. Certaines scènes et certains passages sont en revanche plutôt durs et ne sont pas à mettre devant tous les yeux, surtout ceux des plus jeunes.

Surfant sur la vague des années 80, sans pour autant les caricaturer, les deux réalisateurs ont choisi de concentrer leur intrigue sur une petite ville américaine, Blithe Hollow. Site historique, théâtre d’une chasse aux sorcières notoire 300 ans auparavant, cette charmante bourgade apporte à l’histoire son véritable cachet. Ce patchwork de souvenirs, de fantasmes et de références cinématographiques donne un film attrayant et chaleureux, empreint d’une résonance émotionnelle, sorte de montagne russe où l’ordinaire côtoie l’extraordinaire.

Sous ses airs de film pour enfant et dans un package de teen movie - stéréotypes compris -, L'étrange pouvoir de Norman se révèle très mature. Sans délaisser les plus jeunes, il ne pourra que toucher le cœur des plus grands et particulièrement des trentenaires (ou presque) qui s'y retrouveront à coup sur. Le film aborde avec justesse et brio des thèmes - pas toujours faciles - tels que la différence ou l'intégration. Le tout est traité de façon juste et osée, se permettant des piques sur la société, et lorgnant plus vers des références telles que Les Simpsons ou Les Griffin que vers la condescendance bien souvent de mise dans ce genre d’œuvres. On lui pardonne de fait sans peine ses quelques lenteurs, qui nous laissent de surcroit le temps de profiter de l'univers visuel qui s'offre à nous.

g

g

En conclusion

A la fois terriblement drôle et d’une sensibilité magique mais surtout sinistrement désopilante, L'étrange pouvoir de Norman est un grand film d'animation. Jonglant avec les références dans un univers visuel et sonore parfaitement maitrisé, le film est une réussite. L'animation stop-motion n'a jamais été aussi belle, et quand celle-ci est mise au service d'une histoire parfaitement maitrisée, que peut-on espérer de plus ?

Abordant des thèmes pas toujours faciles - comme la famille, l'acceptation de soi ou l'intégration - mais toujours de façon mature et juste, le film séduira tous les spectateurs, offrant à chacun le niveau de lecture approprié. Que vous soyez fans d'animation, amateurs de vieux films d’horreur, ou tout simplement à la recherche d'un bon film à découvrir... vous passerez à coup sûr un très bon moment. Spectateurs à partir de 6/8 ans, Norman et ses amis vous attendent dans les salles! 8/10

Fiche technique
Universal Pictures International & Focus Features présentent...
Une production Laika
Un film réalisé par Sam Fell & Chris Butler
Produit par Arianne Sutner & Travis Knight
Scénario de Chris Butler
Musique de Jon Brion
Sortie dans les salles françaises le 22 août 2012, en 3D relief dans les salles équipées
Titre original : ParaNorman

Avec les voix originales de :
Norman Babcock ... Kodi Smit-McPhee
Neil ... Tucker Albrizzi
Courtney ... Anna Kendrick
Mitch ... Casey Affleck
Alvin ... Christopher Mintz-Plasse
Sandra Babcock ... Leslie Mann
Perry Babcock ... Jeff Garlin
Grandma ... Elaine Stritch
Le juge ... Bernard Hill
Aggie ... Jodelle Ferland
Sheriff Hooper ... Tempest Tbledsoe
Mrs. Henscher ... Alex Borstein
Mr. Prenderghast ... John Goodman