• Warning: Use of undefined constant cinecoulisses - assumed 'cinecoulisses' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/16/d333407159/htdocs/_d/wp-content/themes/cinecoulisses/functions.php on line 93

    Warning: Use of undefined constant R_5e70617602ea15aea9ac97d77ddd7ea8 - assumed 'R_5e70617602ea15aea9ac97d77ddd7ea8' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/16/d333407159/htdocs/_d/wp-content/themes/cinecoulisses/functions.php on line 94
  • 1 comm's
A la une
[Critique] Avengers : Infinity War
Egalement dans l'actu
[Critique] L'Île aux Chiens

[Critique] Epic : La Bataille du Royaume Secret

Avec Epic : La Bataille du Royaume Secret, le nouveau film d’aventures en images de synthèse et en 3D des studios Blue Sky, les créateurs de la saga L'âge de glace et de Rio nous racontent la lutte entre les forces du bien qui défendent la nature, et celles du mal qui veulent sa destruction, au cœur d’un monde fantastique qui ne ressemble à aucun autre...

Le film

Découvrez l'histoire d'une guerre insoupçonnable qui fait rage autour de nous. Lorsque la jeune Mary Kate se retrouve plongée par magie dans cet univers caché, elle doit s'allier à un groupe improbable de personnages singuliers et pleins d'humour afin de sauver leur monde... et le nôtre.

Epic : La Bataille du Royaume Secret est sorti ce mercredi 22 mai et est à retrouver dés maintenant dans nos salles, en 2D et 3D relief.

Notre avis

C’est en 1998 que Chris Wedge a eu l’idée qui allait conduire à la création d’Epic : La Bataille du Royaume Secret. Il a trouvé l’inspiration en visitant une exposition de tableaux du siècle précédent qui représentaient des mondes complexes au cœur de la forêt. «Les toiles étaient inspirées par l’idée magique de petits êtres vivant dans les arbres et les buissons. C’étaient des mondes magnifiques, et cela m’a donné envie de faire un film sur ce thème.»

Tandis que le réalisateur achevait son film d’animation Robots, de nouvelles idées ne cessaient de germer. À la même époque, l’auteur William Joyce écrivait le livre pour enfants «The Leaf Men and the Brave Good Bugs», dont les personnages étaient des sortes de guerriers samouraïs nommés les Hommes-feuilles, qui livraient à notre insu, dans nos propres jardins, un combat sans merci entre les forces de la vie et celles de l’anéantissement... L'idée du film était née.

Mary-Katherine (Amanda Seyfried en VO, Mélanie Laurent en VF), alias Mary-Kate, est une jeune fille de 17 ans à l’esprit vif, énergique et obstinée. De retour dans la maison de son enfance pour tenter de renouer le contact avec son père, le professeur Bomba, elle finit par perdre patience : elle n’en peut plus d’entendre ses histoires du «petit peuple» qui vit secrètement dans les bois. Mais lorsqu’elle se retrouve transportée par magie dans ce monde, sa vision des choses change... Pour retrouver le chemin de sa maison, Mary-Kate va devoir faire plus qu'y croire : il va falloir qu’elle aide à le sauver et va vivre l’aventure de sa vie.

Réduite à une taille de quelques centimètres, Mary-Kate va découvrir un royaume mystérieux, Moonhaven, et tous ses habitants. Parmi eux Nod (Josh Hutcherson en VO, Jérémie Rénier en VF), jeune homme aussi séduisant que désinvolte, dont l'individualisme et le côté frondeur heurtent les idéaux des Hommes-feuilles. «Beaucoup de feuilles, un seul arbre» telle est leur devise que Ronin, leur chef, a fait sienne. Alliant la puissance et la grâce, la belle et puissante Tara (incarnée par la légendaire chanteuse Beyoncé Knowles qui fait ici ses débuts dans le doublage de film d’animation) n’est pas seulement la reine des Hommes-feuilles, elle est la force vitale de la forêt, sur laquelle elle règne avec respect et compassion.

Parmi les habitants de ce monde étrange, Mary-Kate va également croiser la route d'un duo de choc, chargé de veiller sur les cosses abritant les futurs héritiers du trône. Mub est une limace qui se prend pour un séducteur invétéré, tandis que son camarade Grub, un escargot, rêve de faire partie du corps d’élite des Hommes-feuilles. S’ils sont dépourvus d’os, ils sont loin d’avoir des tempéraments de mollusques et ils ne manqueront pas de tripes quand il s’agira de se jeter dans la bataille pour sauver leur monde... En prime, ils assurent le show sans jamais être lourds et offrent des moments parmi les plus drôles du film.

Pour les Boggans, la pourriture est le but ultime. Wrathwood, leur capitale, est un endroit obscur qui contraste radicalement avec celui des Hommes-feuilles. Doués d’une capacité de destruction hors du commun, Mandrake et ses sbires sont les ennemis jurés des Hommes-feuilles. Le seigneur des Boggans en a assez de se cacher dans l’ombre, et avec son fils Dagda à ses côtés, il a juré de tout faire pour s’approprier la forêt.

Ce casting est complété par un personnage aussi sympathique que mystérieux, Nim Galuu, dont la sagesse n'a d'égal que son talent pour la fête. Steven Tyler (dans la version originale) et Garou (dans la version française) prêtent leur voix à ce personnage, et poussent même la chansonnette.

Lorsque les forces maléfiques des Boggans cherchent à détruire Moonhaven, les efforts conjugués de Mub, Grub et de tous les Hommes-feuilles ne seront pas de trop pour protéger la cosse, la reine et tout le royaume. Bien malgré elle, Mary-Kate va se retrouver entrainée dans cette aventure en compagnie de Nod. Ensemble, ils vont accomplir un voyage qui va les transformer et (oh surprise!) les rapprocher l’un de l’autre...

Les animateurs ont exploré une vaste gamme de mouvements pour les personnages humains, humanoïdes et les différentes créatures. En collaboration avec les départements sculpture, modélisation, articulation, cheveux et fourrures, matières et effets (rien que ça!), ils ont atteint une qualité d'animation jamais vue chez Blue Sky. Mais là où le studio nous bluffe et atteint un niveau de réalisme absolument stupéfiant c'est au niveau des décors : cette forêt entre le familier et le fantastique, une forêt comme il ne peut exister que dans notre imaginaire, prend réellement vie sous nos yeux.

Un autre géant a contribué à Epic : La Bataille du Royaume Secret : le compositeur Danny Elfman, à qui l’on doit entre autres dernièrement la musique originale du (Le) Monde Fantastique d'Oz. Le compositeur apporte au film un plus grand réalisme et sert une musique parfaite qui appuie les émotions, tout en mettant en avant l’humour et la dérision qui sont aussi présents dans le film. De toutes les musiques entendues chez Blue Sky, celle-ci est vraiment «épique»...

En conclusion

Si certaines scènes m'ont réellement plus, comme la cérémonie où la reine se choisit un successeur, j'ai trouvé que l'ensemble manquait d'originalité et avait du mal à «décoller vraiment. Je me suis laissé porter pendant 1h45, en savourant les décors et les paysages, mais j'aurais aimé être transporté un peu plus par l'histoire... peut-être en attendais-je trop ? Je me suis demandé plusieurs fois quand cela allait vraiment décoller (avec une vraie grande bataille par exemple), en vain. Il m'a aussi manqué un petit quelque chose pour être réellement emporté par les scènes aériennes, comme Dragons peut le faire. En revanche, j'ai trouvé le «twist» final très bien trouvé. Les studios Blue Skye semblent avoir rattrapé leurs concurrents au niveau visuel, reste à en faire autant au niveau des histoires...

Epic : La Bataille du Royaume Secret n'en demeure pas moins un très bon moment, que je vous recommande sans hésiter et qui plaira à toute la famille, certainement encore plus aux enfants. Une histoire sympathique et envoutante , de l’action pour toute la famille, des héros et des méchants attachants, la lutte ultime entre le bien et le mal... et tout cela, toutes ces choses que vous n’avez jamais vues de vos yeux, ont lieu tout près, là, dans votre jardin... 8/10

1 commentaire

  1. #1 Lucas Perrin

    J’ai été agréablement surpris par le film, car à la base j’ai accompagné mon petit frère. Je dirai même que c’est un très bon dessin animé qui ne s’adresse pas qu’aux enfants, mais attire aussi les adultes. Je donnerai 8 sur 10 non seulement pour les scènes drôles et émouvantes qui m’ont marquée, mais aussi pour la réussite de l’ouvrage. Je ne manquerai pas de citer le bon casting du doublage avec la voix de Mélanie Laurent et Garou que l’on reconnait immédiatement. C’est un film que je regarderai encore et encore pour le plaisir.