[Critique] Dragons 2

Le film

La vie s’écoule paisiblement sur l’île de Beurk. Astrid, Rustik le Morveux, Varek, Kranedur et Kognedur se défient lors de courses sportives de dragons devenues très populaires tandis qu’Harold et Krokmou, désormais inséparables, parcourent les cieux à la conquête de territoires inconnus et de nouveaux mondes. Au cours de l’une de leurs aventures, ils découvrent une grotte secrète qui abrite des centaines de dragons sauvages, protégés par un mystérieux dragonnier. Harold et Krokmou vont alors se retrouver au centre d’une lutte visant à maintenir la paix et vont devoir défendre leurs valeurs pour préserver le destin des vikings et des dragons...


Dragons 2 - Bande annonce VF

Dragons 2 arrive sur nos écrans le 2 juillet prochain, en 2D et 3D relief !

En introduction

Au printemps 2010, les studios DreamWorks Animation surprenaient tout le monde avec Dragons. Outre une réalisation parfaitement maîtrisée et des graphismes magnifiques (avec une mention spéciale pour les scènes de vol en 3D), pour la première fois le studio parvenait à titiller (sans pour autant égaler) les cousins Disney et Pixar sur le plan des émotions et de l'histoire.

4 ans se sont écoulés et les studios nous ont depuis offert de vraies réussites, toujours variées, telles que Kung-Fu Panda 2, Les Cinq Légendes ou Les Croods, parvenant à faire véritablement jeu égal avec Disney et Pixar. Après 2 films (Turbo et M. Peabody & Sherman) un peu plus décevants et un revirement de politique du studio (qui avait annoncé jusqu'à 4 sorties par an pour finalement redescendre à 3 voire 2), offrir une suite à ce que beaucoup considèrent comme le meilleur film du studio avait en effet de quoi rendre impatient et Dragons 2 crystalise/ait de très nombreuses attentes...


Dragons

Mon avis

«Ici c'est Beurk». En écho au premier opus, Dragons 2 s'ouvre sur la petite île nordique où la vie se déroule tranquillement, et où dragons et humains vivent en harmonie. Une nouvelle fois, l'intrigue est vue à travers les yeux de Harold qui assure par la même occasion la voix-off. Le duo qu'il forme avec Krokmou est toujours au cœur du film, mais plus encore que dans le précédent tous les personnages tiennent une place prépondérante...

Astrid, Rustik le morveux, Varek, les jumeaux Kranedur et Kognedur... ils sont tous de retour, en pleine sortie de l'adolescence, en pleine interrogation sur leur avenir et sur les relations sentimentales aussi. Astrid et Harold sont toujours aussi amoureux, et Stoïk aimerait bien que son fils prenne sa succession à la tête du village.

Agé maintenant de 20 ans, le jeune Viking n'a pas tout à fait les mêmes plans et préfère parcourir le monde, explorant les mers (et les airs) sur le dos de son Furie Nocturne et cartographiant tous les recoins qu'il découvre. Ses escapades vont le mettre sur les pas de voleurs de dragons aux desseins peu clairs, mais vont également être pour lui l'occasion de renouer avec sa mère Valka et surtout se retrouver confronté à la plus grande menace de Beurk : Drago, un maître dragons mégalo qui veut détruire le village et conquérir le monde.

20 ans après cette sinistre nuit où les dragons ont attaqué Beurk et où Valka a disparu, Harold et ses parents vont enfin pouvoir rattraper le temps perdu. Inutile d'en dire plus pour ne pas vous gâcher la surprise, mais leurs retrouvailles forment l'une des nombreuses intrigues qui composent le film et sont magnifiquement mises en image, avec notamment une scène dont l'intensité vous fera à coup sûr lâcher quelques larmes.

Harold va se rendre compte que cette mère qu'il n'a jamais connue lui ressemble bien plus qu'il ne l'aurait imaginé. Leur rencontre sera l'occasion de rattraper le temps perdu mais sera également l'occasion pour Harold d'apprendre de nouvelles choses sur les dragons... lui qui pensait en savoir beaucoup va notamment découvrir l'existence des dragons "Alpha" capables d'influencer et de contrôler tous les autres. Entre de bonnes mains ils peuvent faire de grandes choses, mais entre de mauvaises...

Le (grand) méchant du film, alias Drago, est justement le maître d'un dragon alpha qu'il compte bien utiliser pour asservir les autres dragons mais aussi détruire tous ceux qui se dressent sur son passage. Si on peut reprocher à ce méchant de manquer de charisme, celui-ci est (largement) compensé par tous les dragons qui lui gravitent autour, incontestablement les stars du film, et surtout du (grand) combat final, parfaitement orchestré et réalisé !

En acceptant la tâche d'écrire et de réaliser une suite à Dragons 2, Dean DeBlois a accepté à condition qu'il puisse en faire une trilogie. Son objectif était d'utiliser le film original comme le premier acte d'une grande histoire s'étalant sur plusieurs années et s'articulant autour de l'évolution de Harold, de son enfance à l'âge adulte et sa (future) place de chef Viking. Bien que Dragons aurait pu faire un parfait «standalone» en l'absence de suite, le fait d'avoir placé ce nouvel opus cinq ans plus tard et surtout de lui avoir offert un scénario maîtrisé et cohérent rend le premier film indispensable. En effet, là où de nombreuses suites se contentent au mieux de faire vivre de nouvelles aventures (presque) similaires aux précédentes, voire de renier les épisodes précédents, Dragons 2 se place comme une suite, une vraie, où les personnages ont grandi et évolué pendant notre absence...

Grand fan de l'univers Star Wars et notamment de la première trilogie, le réalisateur ne cache pas y avoir puisé son inspiration. Ce n'est donc pas anodin si, tel L'empire contre-attaque, ce deuxième Dragons est le maillon central d'une histoire où Harold succèderait à Luke. A l'instar du 2ème épisode de la saga intergalactique, ce nouveau film développe encore plus les thèmes introduits dans le premier : émotion, univers, relations entre les personnages, humour... tout est encore mieux dans ce nouvel opus et «c'est l'objectif» déclare le réalisateur. Le film prend son envol pour nous emmener encore plus loin vers plus de spectacle, plus d'action et plus de fun !

Entre acrobaties aériennes, combats gigantesques, découverte des dragons ou scènes plus intimistes, le scénario est un sans-faute qui ne souffre d'aucun temps mort... du grand, très grand art !! Réellement épique, il offre son lot de surprises et de rebondissements tous moins attendus les uns que les autres, parfois dramatiques (voire même un peu noirs). Il sera impossible de retenir quelques frissons et de ne pas s'inquiéter pour nos héros, tant l'immersion est grande. La réalisation est elle aussi parfaitement dosée et maîtrisée.

Occupé sur d'autres projets - notamment Les Croods sorti l'an passé -, Chris Sanders se contente ici d'un rôle de producteur exécutif.

Le casting vocal (original) est toujours aussi impressionnant ! Jay Baruchel (Harold), Gerard Butler (Stoïk), America Ferrera (Astrid), Craig Ferguson (Gueulfor), Christopjer Mintz-Plasse (Rustik), TJ Miller (Kranedur) et Kristen Wiig (Kognedur) reprennent leurs rôles. Ils sont rejoints par de prestigieux nouveaux-venus, notamment Kit Harington dans le rôle de Eret, Cate Blanchett dans celui de Valka et Djimon Hounsou dans celui de Drago. Je n'ai pu voir le film qu'en version originale pour le moment et celle-ci est à la hauteur ! L'ensemble des comédiens se glisse à la perfection dans la peau des personnages et parvient à les rendre réellement vivants.

La musique est une une nouvelle fois signée John Powell. Le compositeur prolifique nous offre une magnifique bande-originale, réellement épique, présente sans être envahissante. Elle sert réellement le film et rejoint la liste des bandes originales que l'on peut écouter les yeux fermés pour se laisser transporter. Un régal !!


J.Baruchel, A.Ferrera & D.Hounsou accompagnent Krokmou sur la Croisette à Cannes en mai dernier

Dragons 2 est le premier long-métrage DreamWorks Animation à utiliser la toute nouvelle génération d'applications d'animation - nom de code "Apollo" - développée par le studio. Celle-ci offre des possibilités de rendus visuels et des facilités pour les animateurs encore plus impressionnantes que les précédents outils, permettant au film d'être visuellement encore un cran au-dessus des dernières productions du studio et d'aller encore plus loin que ce que l'on a pu voir jusqu'à présent.

Les scènes de vol étaient déjà impressionnantes en 2010, elles le sont encore plus aujourd'hui ! La 3D offre une réelle immersion mais sans jamais en faire trop. Une scène avec de la neige m'a même fait penser à La Reine des Neiges... c'est dire la perfection ! L'animation ne souffre d'aucune faute et l'ensemble des plans fourmille de détails. Il n'est ainsi pas rare de voir des personnages (souvent des dragons) s'amuser en arrière-plan, volant parfois même la vedette à l'intrigue en premier plan et apportant au passage un peu de légèreté.

Dragons 2 emprunte références et codes à de nombreux classiques, parmi lesquels Harry Potter ou bien encore Le Seigneur des Anneaux. Clins d'oeils assumés plus que véritables plagiats, ces allusions ne sont pas pour nous déplaire. Le film est aussi un magnifique hommage à Miyazaki et plusieurs scènes parmi les plus belles font immédiatement penser au génie de l’animation japonaise. «Miyazaki est une boussole pour moi, un maître.» explique ainsi Dean DeBlois qui ajoute s'être inspiré du «sens du merveilleux» que le fondateur du studio Ghibli insuffle à chaque histoire.

Comme jamais chez DreamWorks, humour et émotion sont réellement présents tout du long, et on passe (enfin) du rire aux larmes !! Comique de situation, nombreux détails en arrière-plan, situations vécues auxquelles on s'identifie... le film regorge de bonnes trouvailles et d'instants cocasses, et la première moitié risque de mettre à mal vos zygomatiques à force de (sou)rire. Plus le film avance et plus le côté dramatique se fait présent.

Evoquant des thèmes résolument adultes (mais toujours avec tact), le film est même un peu dur par moments et il faudra se méfier de l'apparition fort probable de quelques larmes. Concernant les frissons, vous en aurez tout du long, que ce soit pour la beauté des images et des décors (surtout aériens) ou quand vous aurez vraiment l'impression d'être aux côtés des personnages lors des scènes-clés. Plus que jamais, émotions et empathie seront de mise et risquent de cueillir les spectateurs...

En conclusion

«Bon, je reviens de Beurk et la seule chose à dire c'est que je me suis pris une claque cinématographique !!», tels ont été mes premiers mots après la découverte du film.

Pour leur 20ème anniversaire, les studios DreamWorks Animation nous offrent une vraie réussite. A l'instar de Toy Story 3 ou de La Reine des Neiges, il est des films qui marquent leur temps et Dragons 2 en fait incontestablement partie. Alors qu'il est parti pour faire un carton (mérité) au box-office, nous on a hâte de le revoir et on a déjà hâte d'être à l'été 2016 pour découvrir le 3ème opus de la trilogie !!

Petites larmes et grands fous rires, étonnement et grands frissons... voilà ce qui vous attend au cinéma. De l'humour, de l'émotion, un scénario épique et une réalisation sans temps mort : Dragons 2 est (pour moi) un chef-d'oeuvre et un film d'animation comme on en voit rarement.