• Warning: Use of undefined constant cinecoulisses - assumed 'cinecoulisses' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/16/d333407159/htdocs/_d/wp-content/themes/cinecoulisses/functions.php on line 93

    Warning: Use of undefined constant R_5e70617602ea15aea9ac97d77ddd7ea8 - assumed 'R_5e70617602ea15aea9ac97d77ddd7ea8' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/16/d333407159/htdocs/_d/wp-content/themes/cinecoulisses/functions.php on line 94
  • 0 comm's
A la une
[Critique] Avengers : Infinity War
Egalement dans l'actu
[Critique] L'Île aux Chiens

[Critique] La Planète des Singes : L'affrontement

Le film

Une nation de plus en plus nombreuse de singes évolués, dirigée par César, est menacée par un groupe d’humains ayant survécu au virus dévastateur qui s’est répandu dix ans plus tôt. Ils parviennent à une trêve fragile, mais de courte durée : les deux camps sont sur le point de se livrer une guerre qui décidera de l’espèce dominante sur Terre.


La Planète des Singes : L'affrontement - Bande annonce VF

La Planète des Singes : L'affrontement est à découvrir dés maintenant dans nos salles !

Une avant-première évènement dans une usine abandonnée

La grippe simienne est apparue à San Francisco suite à des tests génétiques réalisés sur des singes. Dix ans plus tard, ce virus a décimé une grande partie de la population humaine. Quelques survivants ont élu leur blockhaus dans une usine désaffectée dans le nord de Paris. Entourés des stigmates d’un passé industriel où la nature reprend eu à peu ses droits, ils ont été les témoins privilégiés d’un affrontement sans précédent entre les singes et les humains. C'est dans ses conditions que j'ai eu la chance - et la plaisir - de découvrir ce nouveau film il y a quelques jours lors d'une avant-première évènement. Une nouvelle civilisation est en marche...

Mon avis

Il semblait à priori impossible de revisiter avec succès une série aussi unanimement appréciée que La Planète des Singes. Pourtant, en 2011, le film La Planète des Singes : Les origines, porté par l'extraordinaire interprétation d'Andy Serkis et des effets visuels révolutionnaires signés Weta Digital, marquait le lancement spectaculaire d'une nouvelle franchise, saluée aussi bien par la critique que par le public. À la fin des (Les) Origines, les singes se libéraient de leur captivité au moment où un virus mortel créé par les humains se répandait dans le monde.

Dix ans plus tard, l'humanité a été presque entièrement décimé par la grippe simienne. La civilisation a décliné peu à peu, seules de rares colonnies isolées substistent et luttent pour leur survie. En face, les singes ont prospéré et développé une communauté à Muir Woods qui compte plus de 2000 individus et dont César est devenu le leader naturel. La Terre est devenue le monde des singes et les deux espèces sont aujourd'hui au bord de l'affrontement...

Alors qu'il est de nouveau confronté aux humains, César se retrouve confronté à un nouveau défi : conserver son leadership tout en protégeant sa compagne et leurs deux enfants, tiraillé entre la bienveillance qu'il a conservé à leur égard - du temps où il avait été élevé par Will - et tout le mal qu'ils ont pu faire à ses congénères. Pour ne rien arranger, Koba, un bonobo à l'oeil blessé et au visage balafré qui voue une haine farouche aux humains, remet en cause le leadership de César et aimerait bien prendre sa place. Pour Koba, un bon humain est un humain mort...

Le précédent opus marquait un tournant technique dans la saga : pour la première fois, les singes avaient été animés à l'aide de la technique de la performance-capture, la même utilisée pour donner vie à Gollum dans Le seigneur des anneaux ou bien encore aux personnages des (Les) aventures de Tintin réalisées par Spielberg. Cette technique permet d'insuffler aux singes un réalisme et une crédibilité vraiment bluffantes, à tel point que l'on se demande par moments si ce ne sont pas de vrais singes qui prennent vie sous nos yeux. Progrès technologiques aidants, ce nouvel opus repousse encore - si cela était possible - les limites pour un résultat tout simplement bluffant de réalisme.

Andy Serkis qui incarne César insuffle au personnage tout son réalisme et surtout toute son humanité. Rompu à ce genre d'exercice (Gollum, King-Kong, Haddock), le comédien porte en partie le film sur ses épaules. Il est accompagné par Toby Kebbell qui incarne Koba. Le principal contact humain de César est Malcolm, interprété par Jason Clarke. Si Malcolm est une figure clé dans la colonie humaine, le chef de celle-ci est Dreyfus, un ancien policier, joué par Gary Oldman.

En outre, ce réalisme est encore renforcé par le choix de la production de tourner en extérieurs. Si le premier opus avait tourné principalement en décors intérieurs, ici plus de 85% du film a été filmé dans les forêts de Vancouver et dans la région de La Nouvelle-Orléans. Tourner un film de cette ampleur en 3D native en couplant les prises de vues avec le travail de performance-capture, complexe par nature, le tout au milieu de décors naturels superbes mais posant beaucoup de problèmes, a présenté un nouveau niveau de difficulté. La société Weta Digital - en charge des effets spéciaux - avait 35 personnes dans chaque équipe, une cinquantaine de caméras mo-cap et 8 caméras témoins qui tournaient constamment pour filmer tout ce qui touchait aux personnages-singes.


Sur le tournage du film...

En conclusion

La Planète des Singes : L'affrontement nous montre comment les singes ont évolué depuis le précédent opus. Ils sont devenus des créatures douées de la parole et nous les découvrons aujourd'hui à l'aube de leur société... cette société qui finira par conduire à celle exposée dans le film de 1968 La Planète des Singes réalisé par Franklin J. Schaffner, dotée d'un gouvernement organisé, d'une armée et de connaissances scientifiques.

Plus qu'une histoire de fin du monde, ce nouveau film est avant tout une histoire de survie qui nous montre comment chaque espèce lutte pour s'en sortir. Il s'agit aussi d'un film de transition, qui nous montre avec intelligence comment les singes deviennent l'espèce dominante et les humains l'espèce dominée, sur fond de réflexion politique et sociologique jamais accusatrice ni manichéenne.

Après un premier opus (très) riche au niveau de l'intrigue, celle-ci peut donner l'impression de stagner (donnant au rythme du film une impression de "lenteur" un peu déroutante de prime abord) mais il n'en demeure pas moins très intéressant de découvrir tout au long du film comment celui-ci met en place la "fin" du voyage, peut-être dans le troisième opus ? Visuellement magnifique et servi par une réalisation parfaitement maitrisé, La Planète des Singes : L'affrontement s'inscrit comme l'un des blockbusters de cet été 2014... à découvrir, assurément !