[Preview] "Inside Out", le prochain film Pixar

Pete Docter nous a fait voyager dans des endroits extraordinaires, que ce soit en ballon au-dessus des nuages avec Là-haut, ou dans un monde peuplé de monstres avec Monstres & Cie. Avec Inside Out (dont le titre français sera Vice-Versa), il nous emmène dans un endroit que nous connaissons tous, mais que personne n’a jamais vu : l’intérieur de l’esprit humain !

Le réalisateur oscarisé était présent au dernier Festival international du film d'animation d'Annecy pour nous en dire un peu plus sur le projet, et surtout présenter en exclusivité mondiale les toutes premières images de son nouveau film, à un an de sa sortie ! Le 15e long métrage des studios d’animation Pixar sera sur les écrans en juin 2015.

En introduction


Pete Docter

Pete Docter commence sa présentation par un retour sur son parcours chez Pixar, notamment son arrivée au sein du studio en 1989 et ses débuts avec John Lasseter, à l’époque où le studio n’avait qu’une envie : faire de nouvelles choses, qui n’avaient jamais été faites ou montrées avant, et surtout surprendre les spectateurs !

L’idée de Inside Out lui est venue en regardant sa fille grandir, passer de l’enfance à l’adolescence. Comme tous les adolescents, elle est devenue mystérieuse et incompréhensible pour son père (mais aussi pour le monde) et le réalisateur s’est demandé ce qu’il pouvait bien se passer dans sa tête : le projet était né !

Riley Anderson est le cœur du film mais n'en est pas pour autant le personnage principal. Les véritables héros du film se trouvent à l’intérieur de sa tête. Le film nous invite à plonger à l’intérieur de son esprit pour explorer la façon dont ses émotions vont travailler ensemble et vont toutes avoir un rôle important à jouer dans la vie de Riley !

Les émotions et leur environnement

Ces émotions sont au nombre de cinq : la Colère (voix originale de Lewis Black), le Dégoût (voix originale de Mindy Kaling) qui éloigne Riley de tout ce qui peut être mauvais pour elle, la Peur (voix originale de Bill Hader) qui s’assure que Riley reste en sécurité, la Tristesse (voix originale de Phyllis Smith) et enfin la Joie (voix originale d’Amy Poehler) qui rend Riley heureuse et parfois exubérante mais qui est aussi capable de bien plus que de la joie et du bonheur.

Les émotions ne sont pas faites de chair et de sang, elles sont faites de particules d’énergie. Ce design très cartoon des émotions tranche avec le côté lisse et propre du reste du film, aussi bien les décors que les personnages humains comme Riley. Revendiquant l’esprit de Tex Avery, Pete Docter explique avoir voulu faire avec ces émotions une version moderne des 7 nains. Le réalisateur en profite pour nous montrer des petits tests d’animation et d’expression pour chacun d’eux, vraiment convaincants !

Les émotions vivent au Quartier Général, le centre de contrôle de l’esprit de Riley (inside). Elles voient ce qui se passe « dehors » (out) à travers un écran géant représentant ce que nous voyons à travers nos yeux, aident et conseillent Riley dans sa vie quotidienne. Le Quartier Général est également l’endroit où nos souvenirs se forment et où ils sont triés. Ils sont sauvegardés dans des globes qui peuvent être revisionnés, à la manière de souvenirs qu'on se rappelle. Tous les jours, de nouveaux globes prennent la place des anciens : certains sont détruits pour faire la place, d’autres sont archivés et envoyés plus loin dans notre esprit. Ce n’est une surprise pour personne, ce sont toujours les souvenirs les plus chargés en émotion qui restent le mieux et ce n’est pas pour rien si chaque globe de souvenir est de la couleur de son émotion.

De l’aveu même de Pete Docter, réaliser des recherches sur l’esprit humain lorsqu’on n’est pas un spécialiste n’est pas une chose aisée mais cela lui apparaissait comme une évidence pour aborder au mieux le sujet. Le réalisateur et son équipe ont ainsi travaillé avec de nombreux spécialistes pour comprendre le principe du fonctionnement des émotions et des sentiments, tout en tâchant de faire quelque chose d’inédit et de « jamais vu » dans un tel projet. Des neurologues ont notamment aidé les artistes de Pixar sur la conception et le choix des cinq émotions pour que le film soit le plus authentique possible.

Bien que Inside Out prenne place à l’intérieur de la tête et de l’esprit de Riley et de son entourage, le film ne traite pas du tout de vaisseaux sanguins ou de neurones. Il est beaucoup plus abstrait et s’intéresse avant tout à ce qui fait ce que nous sommes : nos souvenirs, notre conscience et son inconscient, notre personnalité...

Le premier extrait qui nous a été présenté est la scène d’introduction. Le film s’ouvre sur la naissance de Riley, une enfant parmi tant d’autres qui a l'air d'être née heureuse. Le spectateur est alors immédiatement transporté dans son esprit pour assister à la naissance simultanée de... ses émotions. Les premières minutes nous introduisent chacun de ces personnages, son rôle, sa personnalité et surtout son impact sur le « dehors » et sur la vie de Riley, nous montrant le lien permanent entre ce qui se passe dans sa tête et ce qu’elle vit. Cette première scène nous montre également comment notre esprit s’occupe de nos souvenirs et l’importance qu’ils peuvent avoir dans nos vies.

L’histoire

Pete Docter nous parle ensuite un peu plus du scénario. Grandir n’est pas de tout repos, et la petite Riley ne fait pas exception à la règle. À cause du travail de son père, elle vient de quitter le Midwest et la vie qu’elle a toujours connue pour emménager avec sa famille à San Francisco. Tandis que Riley et ses émotions luttent pour se faire à leur nouvelle existence, le chaos s’empare du Quartier Général.

Si la Joie, l’émotion dominante de Riley, tente de rester positive, les différentes émotions entrent en conflit pour définir la meilleure manière de s’en sortir. Lors du premier jour d’école, la Tristesse fait pleurer Riley en plein milieu de la salle, la Joie s’interpose pour empêcher ça, les deux émotions se disputent et tombent du Quartier Général au fond de l’esprit de Riley dont elles vont devoir sortir.

Ce voyage sera pour les deux émotions l’occasion de croiser des endroits tels que Imagination Land – un parc d’attraction où Riley vit de nombreuses aventures – ou Dreamland Production – un studio Hollywoodien où sont produits des grands classiques des rêves tels que « I believe I can fly » (Je m’envole) ou bien encore « I’m falling in a deep hole » (Chute dans un trou sans fond). Elles vont également traverser le subconscient de Riley, là où se trouvent ses plus grandes joies mais aussi ses plus grandes peurs.

Pendant ce temps, les 3 autres émotions vont devoir apprendre à se débrouiller seules, montrant par la même occasion la période du passage à l’âge adulte traversée par Riley, où on est bien souvent taciturne et où les impulsions et la colère l’emportent sur la joie. Le moment est venu de découvrir un deuxième extrait...

Le diner en famille

Riley et ses parents sont à table et discutent entre eux comme n’importe quelle famille de leur journée. Pour les raisons évoquées plus haut, la Joie et la Tristesse sont manquantes et les autres émotions doivent se débrouiller toutes seules. On les voit ainsi se comporter comme Joie le ferait si elle était là, et le moins que l’on puisse dire c’est que cela s’avère laborieux et qu’elles ont beaucoup de mal sans ce personnage clé de la personnalité de Riley.


Riley

Les interactions entre les membres de la famille sont au cœur de la scène, mais plus encore les interactions entre ce qui se passent dans leur tête et les actions du personnage dans le monde réel. Cette scène réalise un peu notre fantasme à tous, voir ce qui passe dans la tête de la personne en face de nous et comparer cela à son comportement.

Encore plus que le premier, ce deuxième extrait a déclenché un tonnerre d’applaudissements dans la salle des Haras. Drôle et pleine de bonnes trouvailles, tant visuelles que scénaristiques ou au niveau de la mise en scène, cette scène nous a réellement rendu impatient d’en voir plus.

Un peu plus

Côté technique, Inside Out ne nous promet pas de gap, que ce soit au niveau du rendu visuel ou de l’animation. Pete Docter a expliqué que les différentes équipes du film vont s’appuyer sur tout ce que le studio maitrise mais sans chercher à innover techniquement. L’originalité et les nouveautés seront donc à chercher du côté de la création artistique... qui peut néanmoins s’appuyer sur la technique. Ainsi, les émotions sont faites de « particules » flottant dans l’espace, ce qui représente en soit un véritable défi technologique et surtout augmente drastiquement le temps de rendu des images, ce qui n’aurait pas été possible il y a quelques années.

La musique sera signée de Michael Giachinno, à qui on doit notamment les bandes originales de Ratatouille ou bien encore Là-haut.

En conclusion

Personnalité, émotions, sentiments... si de prime abord le sujet peut sembler rébarbatif ou ennuyeux, ce n’est absolument pas l’impression que nous avons eu et nous pouvons faire confiance à Pete Docter pour nous offrir un film captivant et envoutant auquel les spectateurs de tous âges – parents comme enfants – pourront s’identifier instantanément.

Après quelques long-métrages peut-être un peu moins inspirés, les studios d’animation Pixar semblent tenir là leur nouveau chef-d’œuvre. Rassemblant le meilleur de Monstres & Cie (l’humour, les personnages drôles et attachants) et de Là-haut (une histoire humaine, touchante et émouvante), Peter Docter a tout pour nous offrir avec Inside Out (aka. Vice-Versa) la nouvelle réussite du studio à la lampe ! Rendez-vous le 24 juin 2015 dans nos salles pour le découvrir...


Pete Docter sur le photocall du Festival d'Annecy, édition 2014