• Warning: Use of undefined constant cinecoulisses - assumed 'cinecoulisses' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/16/d333407159/htdocs/_d/wp-content/themes/cinecoulisses/functions.php on line 93

    Warning: Use of undefined constant R_5e70617602ea15aea9ac97d77ddd7ea8 - assumed 'R_5e70617602ea15aea9ac97d77ddd7ea8' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/16/d333407159/htdocs/_d/wp-content/themes/cinecoulisses/functions.php on line 94
  • 0 comm's
A la une
[Critique] Avengers : Infinity War
Egalement dans l'actu
[Critique] L'Île aux Chiens

[Critique] Into The Woods, Promenons-nous dans les bois

Le film

À travers un regard résolument moderne et décalé, Into The Woods, Promenons-nous dans les bois revisite quelques-uns des plus célèbres contes de fées. Les intrigues de plusieurs histoires bien connues se croisent afin d’explorer les désirs, les rêves et les quêtes de tous les personnages. Cette comédie musicale aussi enjouée qu’émouvante suit Cendrillon, le Petit Chaperon rouge, Jack et le haricot magique et Raiponce, tous réunis dans un récit original où interviennent également un boulanger et sa femme qui espèrent fonder une famille, mais à qui une sorcière a jeté un mauvais sort...

Ce nouveau film Walt Disney Pictures est à découvrir dés ce 28 janvier dans nos salles...

Notre avis

Avec 765 levers de rideaux lors de sa première présentation à Broadway du 5 novembre 1987 au 3 septembre 1989, Into the Woods a durablement marqué son époque, se révélant l’une des comédies musicales les plus remarquables de la fin du siècle dernier, mais aussi l’un des plus grands succès populaires du compositeur et parolier Stephen Sondheim, associé au librettiste James Lapine. L’œuvre enchevêtre les destins de célèbres personnages de contes avec une autre histoire liant le tout : celle d’un boulanger et de sa femme. À cause de son désir d’enfant, ce couple va déclencher un tel capharnaüm que la physionomie des contes va s’en trouver changée à jamais...

Issus de la tradition orale, les contes de fées sont apparus il y a plusieurs siècles et se sont transmis depuis de génération en génération. Avec le temps, ils sont peu à peu devenu des contes moraux. Aujourd'hui, de nombreuses jeunes (et pas que!) filles rêvent d’épouser un prince et de vivre heureux à tout jamais... malheureusement cela ne marche pas toujours (qui a dit jamais?) comme ça ! C'est précisément cette confrontation entre contes et réalité qui est au coeur du film. Là où de nombreuses productions se terminent sur le célèbre «Et ils vécurent heureux pour toujours», ici le deuxième acte s'intéresse à ce qui se passe après, ce qui donne au film tout son sens et toute sa profondeur.

À travers un regard résolument moderne et décalé, Into The Woods, Promenons-nous dans les bois revisite quelques-uns des plus célèbres contes de fées. Que se passerait-il si Cendrillon, le Petit Chaperon Rouge, Jack et son haricot magique ou bien encore Raiponce se retrouvaient au milieu d'une intrigue commune ? Tel est le postulat de départ du film où toutes ces histoires se croisent afin d'explorer les désirs, les rêves et les quêtes de chacun des protagonistes.

Dans la première partie, les personnages des contes sont égoïstes et ne pensent qu’à exaucer leurs voeux («I wish»). Le prologue d'une vingtaine de minutes plante et développe tout ce qu'il va se passer «dans les bois». La forêt est un endroit noir où l’on se perd facilement (au sens propre comme au figuré), et d’où l’on ressort «sage ou détruit» selon les mots mêmes de S.Sondheim. À toujours demander plus et être d’éternels insatisfaits, les personnages en oublient la moralité, la responsabilité vis-à-vis des autres, s’arrangent de leurs différents mensonges pour arriver à un seul but : leur contentement personnel. La deuxième partie est la conséquence de leurs actes trop individualistes, et le film dévoile alors tout son potentiel, noir et cynique.

L’adaptation au cinéma reprend certaines chansons de la comédie musicale sur scène, dont «Children Will Listen», «Giants in the Sky», «On the Steps of the Palace», «No One Is Alone» et «Agony». Bien que celles-ci représentent près des 3/4 du film, elles ne restent pas vraiment en tête... les airs se suivent et se ressemblent un peu trop, et à part «I wish» qui sert d'introduction au film, il y a fort à parier qu'aucune ne vous reste vraiment en tête l'issue de la projection. Dommage, car sur les aspects artistique - écriture et performances vocales - ou technique - mixage et intégration des chansons dans la mise en scène - il n'y a en revanche rien à redire. Une mention spéciale à cette scène où les princes s'affrontent dans une joute musicale.

Rien à redire non plus du côté de l'interprétation et du jeu des acteurs. Le casting est soigné et comporte de (très) nombreuses stars, en tête desquelles une Meryl Streep royale en Sorcière qui espère lever la malédiction et retrouver sa beauté. James Corden et Emily Blunt jouent le Boulanger et sa femme, Anna Kendrick est Cendrillon, Chris Pine joue un charmant Prince, Daniel Huttlestone est Jack, MacKenzie Mauzy est Raiponce et Lilla Crawford fait ses débuts au cinéma dans le rôle du Petit Chaperon Rouge. Johnny Depp campe le Loup qui s’intéresse de très près au Petit Chaperon Rouge, un rôle somme toute mineur dans lequel l'acteur s'en tire honnêtement mais sans faire de réelles prouesses, parvenant néanmoins à "casser" son image de faire valoir comique qui lui colle un peu trop à la peau.

Into The Woods, Promenons-nous dans les bois est un film choral dans lequel l’histoire de chaque personnage a un début, un milieu et une fin. L’action se déroule dans un univers enchanté et fantastique où les personnages sont tous à la recherche de quelque chose qu’ils désirent plus que tout au monde. Pour traduire cela, il était nécessaire de maintenir intacts la tension, le suspense et le dynamisme de l’intrigue. En outre, le film étant l'adaptation d'une comédie musicale, il fallait un cinéaste capable de mêler ces deux univers. Connu pour avoir réalisé des films tels que Chicago, Mémoires d'une geisha, Pirates des Caraïbes : La Fontaine de Jouvence, Rob Marshall est également un metteur en scène de théâtre accompli et un chorégraphe primé aux Emmy Awards, ce qui faisait de lui le candidat idéal pour porter cette œuvre sur grand écran.

En conclusion

Expérience cinématographique unique en son genre, Into The Woods, Promenons-nous dans les bois entremêle les destins de célèbres personnages de contes de fées qui se croisent dans les bois et qui vont finir par avoir des répercussions les uns sur les autres. Véritable comédie musicale, le film nous offre de nombreuses chansons et livre aussi, de manière sous-jacente, une réflexion sur la vie et le deuil, les parents et les enfants, et plus encore le choix de reproduire - ou non - les erreurs du passé et d'infléchir notre destin.

Passée une (longue) introduction d'une vingtaine de minutes qui nous présentent l'ensemble des personnages et de leurs désirs («I wish»), on se laisse embarquer pour un joyeux tour de manège, parfois surréaliste mais assurément original, où tous leurs destins s'entremêlent. L'ensemble des comédiens s'en tire avec les honneurs tant dans leur interprétation que dans le chant (ce qui n'est pas négligeable vu le nombre de chansons que comporte le film), avec une mention spéciale à Meryl Streep en sorcière. La réalisation et la mise en scène signée Rob Marshall est maitrisée.

Après un premier acte relativement classique où chacun voit son rêve réalisé, le film prend tout son envol et dévoile tout son potentiel décalé et corrosif dans le deuxième acte où l'on découvre que les protagonistes ne sont pas aussi «propres» et «gentils» qu'il n'y parait. La musique est évidemment au premier plan du film, logique pour une comédie musicale, et elle sert parfaitement le film et son histoire, même si au final il est un peu dommage qu'aucune mélodie ne reste vraiment en tête.

Bien qu'estampillé Disney - ce qui est d'autant plus surprenant étant donnée sa thématique -, le film n'est pas pour autant tout public et les (jeunes) spectateurs de moins de 10/12 ans passeront leur chemin. En outre, son style particulier - la comédie musicale - le rend encore plus exigeant tant il n'est pas vraiment celui de prédilection du public français. En revanche, si vous êtes fan de ce genre et/ou tout simplement curieux de découvrir une relecture des célèbres contes (de votre enfance), ce film est fait pour vous.

En bref... «Noir et cynique, Into The Woods, Promenons-nous dans les bois nous offre une nouvelle vision décalée et mature des contes que l'on connait tous. Une comédie musicale drôle et maîtrisée.»