[Critique] Snoopy et les Peanuts - Le film

Le film

Quand il s’agit de ne pas avoir froid aux yeux et de faire preuve d’une amitié infaillible, Snoopy est un vrai maître ! Le seul qui puisse faire de Charlie Brown un gagnant pour en finir avec son statut de loser le plus adorable qui soit. Afin de conquérir le cœur de la nouvelle de la classe, Charlie Brown va se lancer dans une aventure héroïque, où il prouvera au reste du gang bien aimé des «Peanuts» qu’il peut réussir l’impossible. Quant à son plus fidèle compagnon Snoopy, il s’élance dans les airs à la poursuite de son ennemi juré le Baron Rouge.

Par les studios Blue Sky, créateurs de L’âge de glace et Rio, Snoopy et les Peanuts - Le film démontrera que tout loser peut également connaître son heure de gloire. L’incroyable histoire d’un garçon à la vie de chien et de son fidèle chien, à découvrir dés maintenant dans les salles !

L’héritage de Charles M. Schulz

En 1950, Charles M. Schulz publiait pour la première fois les aventures de Charlie Brown, Snoopy et tous les Peanuts, marquant ainsi les débuts d’une aventure qui a transformé à jamais le paysage culturel et humoristique américain et international. Face aux épreuves de la vie – comme un arbre avaleur de cerfs-volants, un nombre incalculable de balles de baseball perdues et les conseils parfois un peu brutaux de Lucy Van Pelt – Charlie Brown n’a jamais baissé les bras. Son éternel optimisme a toujours été vecteur d’espoir, ce qui a permis aux lecteurs du monde entier de s’identifier à lui.

Les quelques 17 897 bandes dessinées au crayon puis à l’encre et écrites à la main par Charles M. Schulz continuent aujourd’hui encore à être réimprimées, faisant tous les jours de nouveaux adeptes. 2015 marque une nouvelle étape dans les aventures des Peanuts avec leur arrivée sur grand écran...

En route pour le grand écran, Charlie Brown

Au fil des ans, de nombreux studios ont entrepris d’adapter Peanuts au cinéma, mais la famille Schulz a toujours refusé... jusqu’à ce que le réalisateur Steve Martino lui fasse part de sa passion et de ses idées pour le projet. Craig Schulz admirait en outre déjà le travail du cinéaste, notamment pour sa fidélité au style du Dr Seuss dans Horton. En 2012, C. Schulz contacte Ralph Millero des studios d’animation Fox pour l'informer qu'il a écrit un scénario avec son fils, Bryan Schulz, et Cornelius Uliano (les trois scénaristes sont également producteurs du film).

L’équipe de Blue Sky était consciente qu’elle allait devoir se dépasser pour donner vie au scénario écrit par la famille Schulz. Le défi était d'autant plus important que les attentes du public autour d'une telle adaptation était très fortes, Snoopy étant un vrai monument culturel. En outre, le film n'étant pas juste une succession de sketchs mais bel et bien une véritable histoire, il s'agissait de réinventer complétement les Peanuts sans jamais les trahir... lourd défi !

Initialement, les scénaristes avaient envisagé de centrer toute l’histoire autour de Snoopy mais ils ont très vite changé d’avis et ont pris la décision d’intégrer la totalité des Peanuts, même les moins connus. Chaque personnage dispose de sa propre personnalité, souvent forte, et S. Martino et son équipe ont eu à coeur que tous soient exploités à leur juste valeur.

Snoopy et les Peanuts - Le film traite fondamentalement des angoisses quotidiennes que l’on rencontre en grandissant, à l’école ou lorsqu’on est confronté au regard des autres. Le film raconte en parallèle l'histoire de Snoopy, dont on suit les aventures trépidantes dans son monde imaginaire où il se rêve en as de l’aviation, inspirée des (més)aventures de Charlie Brown. Ce jeu de miroir permanent apporte un côté épique au film et lui donne une réelle profondeur. Il permet également d'offrir un message plus puissant qui - tel une double lecture - dépasse celui de l'enfance et s'adresse aussi bien aux plus jeunes qu'à leurs parents.

L'histoire est dans le trait

Admettons-le, nous avons tous griffonné un Snoopy et sa niche sur un cahier d’écolier ou gribouillé l’emblématique zigzag du pull de Charlie Brown, mais «lorsqu’on tente de saisir le style de Charles M. Schulz, on réalise à quel point c’est loin d’être évident !» confie S. Martino. Les nouvelles générations ne consomment pas la culture de la même façon, il était donc important que le film soit en 3D et «moderne» pour toucher le public de 2015. Donner vie à Snoopy et aux Peanuts en partant d’une œuvre aussi simpliste que les comic strip était d'autant plus un vrai challenge...

Pour saisir les traits uniques des personnages, toute l’équipe du film s'est immergée dans l’univers des Peanuts en commençant par se rendre au Charles M. Schulz Museum and Research Center qui abrite plusieurs milliers de planches originales des aventures de Snoopy et de ses amis. Une exposition a été installée au sein des studios tout au long de la production, en guise de référence. En outre, les animateurs du film ont suivi une formation accélérée à la Van Pelt University pour apprendre le style de Charles M. Schulz et donner au film ce côté «fait à la main» qui lui va si bien.

Les strips n’offrent que peu d’informations quant aux mouvements des personnages. Une fois qu’on a isolé les 15 ou 20 expressions de Snoopy ou de Charlie, on n’est pas plus avancé sur sa manière de se déplacer. Les éléments du corps et du visage des personnages (yeux et cheveux notamment) sont placés différemment suivant l'angle, impossible donc de décomposer les mouvements pour réaliser un modèle 3D (comme celà a pu être fait sur d'autres films, notamment Astérix : Le Domaine des Dieux). La solution a donc été d'utiliser une animation de «style 2D» qui passe d'une pose à l'autre en moins d'images qu'il ne faut pour le dire, de façon à réaliser une transition à la fois rapide et fluide... un vrai défi pour les animateurs ! Pour ne jamais trahir le dessin original, Charlie Brown ne regarde ainsi jamais en face.

Certains éléments - pluie ou poussières par exemple - ont été scannés des comics, puis ils ont ensuite été numérisés et ont servis à faire les modèles 3D. De manière très inventive et respectueuse, des dessins originaux de Schulz ont également été intégrés au film, façon de faire le lien entre l'original et son adaptation, entre clin d’œil et hommage.

Le monde des Peanuts

La création et la conception des décors du film se sont révélées tout aussi ardues. Dans les BD, on ne voit qu’un bout de lampe ou un coin de fenêtre, le département artistique a du les (ré)inventer sans jamais trahir l'esprit de Schulz. Il en ressort un environnement accueillant et chaleureux, aux couleurs joyeuses sans être trop vives, mais surtout intemporel et universel pour ne pas ancrer le film dans une époque. Le résultat sublime l’œuvre de Schulz et l'enrichit.

Pour les scènes qui se déroulent dans l'univers imaginaire de Snoopy en revanche, l’équipe s’en est donné à cœur joie. Tout est beaucoup plus coloré et cartoon, avec par exemple des nuages en formes de pop-corn ou de baguettes de pain, pour établir une distinction nette avec le «monde réel».

Le son des Peanuts

En hommage aux téléfilms et à l’œuvre de Schulz, l’équipe du film a utilisé les enregistrements de Bill Melendez, voix historique de Snoopy. La musique emblématique de Vince Guaraldi présente dans les téléfilms est là. La chanteuse Meghan Trainor signe une chanson entrainante et festive, sur laquelle Snoopy apprend à danser à Charlie Brown, offrant une des scènes les plus mémorables du film. Enfin, la musique originale a été écrite par le compositeur Christophe Beck (connu pour son travail sur La Reine des Neiges, Les Nouveaux Héros ou encore Ant-Man) qui signe une partition réussie. Il ressort de tout ça une bande originale qui est une vraie réussite, et se savoure aussi bien pendant le film qu'en dehors !

Un soin tout particulier a également été apporté à l'univers sonore et aux bruitages, pour leur conférer un aspect vintage et intemporel. A contre courant des tendances actuelles, la version française ne comporte aucun nom connu ni aucun talent. Au contraire, la distribution semble avoir été confiée à de jeunes comédiens, donnant au film une légèreté et un naturel qui lui sied à merveille !


♫ Meghan Trainor - Better When I'm Dancin' ♫

En conclusion

Beau, drôle et truffé de bonnes idées, Snoopy et les Peanuts - Le film est une vraie réussite. En tant que fans de l'oeuvre de Charles M. Schulz, le réalisateur Steve Martino et son équipe ont eu à cœur de respecter l’œuvre et le matériel d'origine, et nous offrent un véritable hommage au comic-strip. L'animation est très belle, le film baigne dans une ambiance intemporelle et vintage qui lui va si bien, Charlie Brown et tous ses amis sont de la partie... l'objectif est plus que rempli !

Entrainant, rempli de bonne humeur et d'optimisme, Snoopy et les Peanuts - Le film est un film parfait pour toute la famille en cette période de fêtes, qui plaira aux petits comme aux plus grands !!