• Warning: Use of undefined constant cinecoulisses - assumed 'cinecoulisses' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/16/d333407159/htdocs/_d/wp-content/themes/cinecoulisses/functions.php on line 93

    Warning: Use of undefined constant R_5e70617602ea15aea9ac97d77ddd7ea8 - assumed 'R_5e70617602ea15aea9ac97d77ddd7ea8' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/16/d333407159/htdocs/_d/wp-content/themes/cinecoulisses/functions.php on line 94
  • 0 comm's
A la une
[Critique] Avengers : Infinity War
Egalement dans l'actu
[Critique] L'Île aux Chiens

[Critique] Zootopie

Le film

Vous êtes-vous déjà demandé à quoi ressemblerait une grande ville si elle avait été conçue par et pour des animaux ? Zootopie est la cité de tous les animaux. De l’immense éléphant à la plus minuscule souris, tout le monde peut y trouver sa place... de quoi en voir de toutes les tailles, de toutes les espèces et de toutes les couleurs ! Lorsque Judy Hopps fait son entrée dans la police, elle découvre qu’il est bien difficile de s’imposer chez les gros durs en uniforme, surtout quand on est une adorable lapine. Bien décidée à faire ses preuves, Judy s’attaque à une épineuse affaire, même si cela l’oblige à faire équipe avec Nick Wilde, un renard à la langue bien pendue et véritable virtuose de l’arnaque...

Bienvenue au cœur de Zootopie, le nouveau film d’animation événement des studios Disney, à découvrir dés maintenant dans les salles !

Notre avis

Annoncé lors de l'exposition D23 en août 2013 et présenté longuement lors du Festival international du film d'animation d'Annecy en juin 2015, Zootopie faisait très clairement partie de mes attentes de 2016 et avant d'aller plus loin je peux vous dire que - spoiler - je n'ai pas été déçu, loin de là !!

Marvel et tout récemment Star Wars, The Walt Disney Company semble transformer tout ce qu'elle touche en or ! Il ne faudrait pas en oublier pour autant l'animation, par laquelle tout a commencé. Si les studios Pixar au sommet de leur forme dans les années 2000 montrent quelques signes de faiblesses depuis le géniallissime Toy Story 3, pour les Walt Disney Animation Studios c'est tout l'inverse ! Depuis 2009 et le timide Volt, star malgré lui, le studio est définitivement rentré dans son 4e âge d'or, enchainant les succès tels que Raiponce, Les Mondes de Ralph ou la milliardaire (au box office) Reine des Neiges.

Entre les adaptations de contes et celles de comics, le studio nous offre en 2016 un projet totalement inédit... bienvenue à Zootopie, une ville haute en couleurs. Aux prémices, il y a l'envie de Byron Howard (à qui l'on doit Raiponce) de réaliser un film dont les protagonistes seraient des animaux anthropomorphiques évoluant dans un environnement à leur image. Cela vous fait penser à Robin des Bois ? c'est normal, le réalisateur n'a jamais caché que ce film avait été sa référence. B.Howard est rejoint en cours de route par Rich Moore, qui vient de finir Les Nouveaux Héros, et dont l'expérience sur Les Simpsons (notamment) va être être un plus non négligeable pour apporter au film son humour et son ambiance résolument dans l'air du temps.

Dans Zootopie, il y a zoo et utopie : l'idée première de B.Howard et R.Moore était ainsi de créer une ville où les mammifères de tous poils pourraient cohabiter et vivre en harmonie. Ce n'est pas la première fois que Disney fait des animaux les personnages principaux d'un de ses longs-métrages - citons pêle-mêle Bambi, Le Livre de la Jungle ou bien encore Le Roi Lion -, c'est en revanche la première fois que tout ce monde cohabite dans une ville pensée et conçue exclusivement pour les animaux !

Alors que généralement les artistes trichent sur les échelles et ramènent les personnages à des tailles similaires, tant pour des aspects pratiques que scénaristiques, ici c'est tout l'inverse qui a été fait. A Zootopie, tout est adapté pour permettre aux habitants de toutes tailles de cohabiter et vivre entre eux. Des hôtels aux transports en commun, en passant par les restaurants ou les kiosques à journaux, c'est tout l'environnement qui a été adapté à la taille de ses protagonistes ! Mieux encore, ces cohabitations - et plus généralement la société ainsi dépeinte - sont un élément central du film et sont au cœur de l'intrigue...

Avec ses quartiers aussi variés que réussis - parmi lesquels la savane, la jungle tropicale ou bien encore la glaciale toundra, chacun adapté au climat de ses habitants (même si, intérêt de l'histoire oblige, cela n'empêche pas les animaux de passer de l'un à l'autre librement) - et sa population dense et omniprésente, la ville de Zootopie est une pure réussite. Le spectateur la découvre à travers les yeux de Judy et au son de Shakira, une introduction absolument bluffante d'un point de vue technique et scénaristique permettant d'offrir en quelques minutes un aperçu de la richesse de la ville.

L'histoire nous a prouvé qu'un monde parfait n'existe pas et Zootopie ne déroge pas à la règle : des petits trafiquants à la mafia en passant par les complots politiques ou la difficulté pour les minorités de se faire une place... ce monde animal nous apparait étrangement familier.

Même si en apparence tout est fait pour que les différentes espèces cohabitent, les préjugés et les clichés ont - comme partout - la vie dure et tout le monde ne voit pas d'un bon oeil cette ouverture ! Impossible ainsi pour un petit renard de se faire servir une glace dans un restaurant dédié aux éléphants (même si impossible n'est pas renard). Difficile pour une petite lapine de prouver qu'elle a sa place dans la police, un univers fait de mâles imposants. Et oui, à Zootopie aussi la loi du plus imposant semble régner.

L'acceptation de l'autre et de ses différences mais aussi le fait de croire en soi, thèmes chers à Disney et maintes fois abordés, sont au cœur du film. La grande différence vient du contexte et de l'univers dépeint ici, résolument moderne, limite politique. A de rares exceptions près, les studios Disney ont toujours cherché l'intemporalité et l'universalité, nous offrant des films sans ancrage dans le temps et qui peuvent traverser sans peine les années. Zootopie au contraire est un miroir de notre société mettant en scène des situations étrangement familières et se permettant même de dénoncer - la place des femmes et des minorités par exemple, mais aussi la politique, les institutions ou l'administration. L'ensemble aurait pu être lourd et insistant, il est au contraire d'une finesse et d'une intelligence rares qui - à elles seules - suffiraient à donner au film le titre de chef-d’œuvre.

En outre, après Rey dans Le Réveil de la Force, Disney nous offre une nouvelle héroïne forte : Judy ! Si les premières images dévoilées pouvaient laisser penser que le personnage principal était Nick, il n'en est rien. L'héroïne est bien la lapine ! Déterminée, téméraire et volontaire, Judy est une (jeune) femme du XXIe siècle à laquelle les petites filles (mais pas que) pourront sans peine s'identifier ! Elle forme avec Nick un duo aussi improbable que réussi, réellement touchant et qui fonctionne parfaitement !

Foisonnant d'inventivité et de bonnes idées, Zootopie est également truffé de clins d’œils et de références... des classiques du cinéma (Le Parrain par exemple) aux séries policières en passant (évidemment) par Disney (La Reine des Neiges en prend pour son grade, mais pas que). Le film est dans l'air du temps et intègre de nombreux éléments empruntés directement à notre société, notez par exemple la carotte venue remplacer la pomme sur les smartphones omniprésents ou bien encore les logos détournés un peu partout en arrière-plan.

Tous les aspects que je viens d'évoquer parleront probablement plus aux adultes qu'aux enfants et nous feraient presque oublier l'aspect familial propre à un Disney... ce serait sous-estimer le studio tant, ici aussi, le pari est réussi ! L'humour est omniprésent, tant dans les situations purement "animales" que vivent les protagonistes ou dans l'évocation de notre société (et dont la fameuse scène des paresseux à côté de laquelle vous n'avez pu passer n'est qu'un avant-goût). Le film est porté par une écriture ultra-fine et intelligente des personnages et de l'intrigue. Le "happy ending" et la morale gentillette sont également de la partie.

Bien que la promo ne le mentionne pas vraiment, le cœur de l'histoire du film est une enquête policière, dans laquelle un renard arnaqueur et une jeune flic lapine, deux personnages que tout oppose, vont faire équipe pour retrouver des animaux disparus. Judy se voit en effet confié une enquête sur une disparition pour 48h (pas une de plus) et le seul témoin de la scène qui puisse l'aider est... Nick. Les deux personnages vont donc devoir collaborer, non sans quelques heurts. Sous ses airs de comédie animale, Zootopie cache un buddy-movie qui sent bon les films et séries de flics des années 70/80, plutôt classique pour rester accessible aux plus jeunes mais pas avare en rebondissements pour autant : chapeau Disney !

64 espèces et une densité de population qui n'a rien à envier à nos grands villes, Zootopie est l'occasion de croiser trèèèèèèèèèèès nombreux habitants. Anthropomorphisme oblige, la majorité des animaux récupèrent le caractère de l'animal qu'ils sont : les renards sont rusés et malicieux, les lemmings se déplacent en groupe et font tous la même chose (mention à la Lemmings Brothers Bank), les gnous sont zens et détendus, les paresseux sont... lents (du moins à la préfecture). En revanche, certains animaux héritent d'un rôle à contre emploi, à l'instar de cette petite taupe devenue parrain de la mafia locale... mais chut ! Si Judy et Nick occupent le haut de l'affiche, ils vont croiser dans leur (en)quête de nombreux personnages hauts en couleurs, attachants ou détestables, mais qui vont tous avoir un vrai rôle à jouer !

Bénéficiant de toutes les avancées technologiques de ces prédécesseurs - l'animation des personnage, la réalisation de grands et riches décors éprouvée l'an passée dans Les Nouveaux Héros - Zootopie est tout simplement sublime. Je pourrais écrire 3 pages sur le sujet mais cela ne servirait à rien de plus : le film est un sans-faute visuel, riche de nombreux détails et trouvailles, haut en couleurs... un point c'est tout ! Après la Finlande pour imaginer Arendelle, les artistes Disney sont partis cette fois-ci en Afrique étudier la faune locale et sont revenus avec de très nombreux croquis et photos, et cela se ressent !

Michael Giacchino signe pour la première fois la musique d'un film des Walt Disney Animation Studios. On a connu le compositeur oscarisé plus inspiré, notamment sur Ratatouille ou encore sur Là-haut. Il nous livre une bande originale efficace mais qui ne marque pas l'oreille, du moins lors de sa découverte.

Côté doublage, la version originale est une réussite, haute en voix. Fait désormais courant, la version française fait appel à des talents connus mais - une fois n'est pas coutume - ceux-ci se voient ici confiés les seconds rôles tandis que les rôles principaux sont interprétés par des comédiens habitués du doublage. Plus qu'une raison mercantile ou commerciale, il s'agit en premier d'un choix purement artistique, parfaitement assumé et maitrisé. L'ensemble des comédiens ont en effet été choisis pour leur voix et campent à merveille leur personnage. Pèle-mêle, Claire Keim est la voix de l’adjointe au maire Bellwether, Pascal Elbé prête sa voix au Chef Bogo, Fred Testot est la voix de Benjamin Clawhauser tandis que les héroïnes de la série Mère & Fille, Isabelle Desplantes et Lubna Gourion, interprètent respectivement Bonnie Hopps la mère de Judy et Gazelle. Judy est interprétée par Marie-Eugénie Maréchal tandis que Alexis Victor prête sa voix à Nick.

En plus de prêter sa voix dans la version originale à Gazelle, la star mondiale Shakira interprète une toute nouvelle chanson ♫ Try everything ♫ pour illustrer le parcours de Judy, qui quitte sa petite ville natale de campagne pour devenir femme-policier dans une grande métropole. A elle seule, cette chanson symbolise tout l'esprit du film, non seulement en terme de musique - dynamique et entrainante - mais aussi à travers les paroles - invitant à croire en ses rêves et à se battre pour eux.

En conclusion

Tel un miroir déformant, Zootopie est un reflet de notre société, avec tout ce qu'elle fait de mieux... mais aussi avec tous ses travers et ses difficultés. Servi par une écriture d'une intelligence rare, le film est drôle et rempli de clins d’œils et autres caméos. A travers de très nombreux parallèles avec notre société, il se permet également de la dénoncer, toujours avec une finesse et une justesse qui font mouche.

Zootopie est également une ode à la différence et au fait de croire en soit. Battante et déterminée, Judy a tout pour devenir un véritable modèle pour tous les enfants, notamment les petites filles. C'est enfin (et surtout ?) une véritable enquête policière aux airs de buddy-movie, simple et efficace, accessible à tous y compris les plus jeunes.

Certains films peuvent se prévaloir d'une double-lecture... ici c'est presque une triple voir une quadruple que nous offrent les scénaristes et les artistes Disney, tant Zootopie est un film riche et foisonnant où chaque tranche d'âge saura trouver son compte. Point de princesse ou de magie, mais pourtant le 55e long-métrage des Walt Disney Animation Studios est assurément une vraie réussite. Beau, drôle, touchant, avec une super histoire et des personnages attachants... la recette d'un chef-d’œuvre et d'un futur grand classique !