• Warning: Use of undefined constant cinecoulisses - assumed 'cinecoulisses' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/16/d333407159/htdocs/_d/wp-content/themes/cinecoulisses/functions.php on line 93

    Warning: Use of undefined constant R_5e70617602ea15aea9ac97d77ddd7ea8 - assumed 'R_5e70617602ea15aea9ac97d77ddd7ea8' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/16/d333407159/htdocs/_d/wp-content/themes/cinecoulisses/functions.php on line 94
  • 0 comm's
A la une
[Critique] Avengers : Infinity War
Egalement dans l'actu
[Critique] L'Île aux Chiens

[Critique] Captain America : Civil War

Le film

Steve Rogers est désormais à la tête des Avengers, dont la mission est de protéger l'humanité. À la suite d'une de leurs interventions qui a causé d'importants dégâts collatéraux, le gouvernement décide de mettre en place un organisme d’encadrement et de contrôle. Cette nouvelle donne provoque une scission au sein de l'équipe : Steve Rogers reste attaché à sa liberté de s'engager sans ingérence gouvernementale, tandis que d’autres se rangent derrière Tony Stark qui, contre toute attente, décide de se soumettre au gouvernement...

Captain America : Civil War est à découvrir dans nos salles dés le 27 avril !

Mon avis

De Iron Man à Avengers, la phase 1 de l’Univers cinématographique Marvel (ou MCU aka. Marvel Cinematic Universe pour les intimes) nous présentait tour à tour ceux qui allaient devenir les Avengers : Iron Man, Hulk, Thor, Captain America, Black Widow... jusqu'à une apothéose collégiale dans les rues de New York. Alors que cette première phase se termine, le monde est en proie à un ennemi dont elle ne mesure pas encore toute la puissance et dont seuls les Avengers semblent pouvoir la sauver. A côté de cela, les enjeux géopolitiques, aussi bien sur notre planète - avec l'HYDRA et le SHIELD par exemple - qu'à l'autre bout de l'univers - comme dans les 9 royaumes, parmi lesquels Asgard - n'ont jamais été aussi forts. Notre monde est déjà en train de changer...

La phase 2 s'apparentait plus à une phase de transition, tantôt pour faire évoluer les personnages - Iron Man 3 -, tantôt pour en introduire des nouveaux - Ant-Man et Les Gardiens de la Galaxie - ou bien encore pour s'intéresser aux pierres d'infinité - dans les Gardiens ou dans Thor : Le Monde des Ténèbres. Là où Avengers clôturait avec brio la phase 1, Avengers : L'ère d'Ultron prenait des airs de transition, tout en introduisant (encore) de nouveaux personnages (parmi eux la Sorcière Rouge) : le monde n'a jamais été aussi tourmenté et les enjeux n'ont jamais été aussi importants pour la suite. Alors que le film devait clore la phase 2, Ant-Man y a été ajouté in extremis pour faire de Captain America : Civil War le grand lancement de la phase 3, et on comprend pourquoi...

Le film ouvre avec brio ce troisième chapitre et pose les bases d'un nouveau départ pour les Avengers mais aussi pour tous les super-héros, croisés précédemment ou à venir... L'intrigue se passe quelques mois après les évènements de Sokovie où le pays tout entier a disparu de la carte suite au combat géant contre Ultron. Après New York ou encore Washington, les exploits de nos (super-)héros ne font pas l'unanimité et le monde - notamment géopolitique - entend bien les contrôler et confier la surveillance des Avengers aux Nations Unies. Si une partie de l'équipe est prête à signer, ce n'est pas le cas de tous et ces accords vont être le réel déclencheur de la division et le début d'affrontements qui vont devenir... la guerre civile (aka. a civil war). Toutes les briques posées depuis le début de la phase 2, entre évolution des personnages et affinités, se mettent ainsi en place...

Suite au succès Captain America : Le Soldat de l'Hiver, le producteur Kevin Feige et son équipe étaient enthousiastes à l’idée de confier la réalisation du troisième épisode de la saga aux frères Russo, réalisateurs du deuxième opus. Chacun des deux premiers films possédait un style et un ton qui leur étaient propres, et Captain America : Civil War a lui aussi sa propre identité.

Joe Russo développe « Le concept à l’origine du film est très important. Nous nous sommes dit que quitte à réaliser un autre volet de la saga, autant changer radicalement de cap. » Dès le départ, les réalisateurs ont ainsi fortement plaidé en faveur de l’intrigue de la série de comics Marvel Civil War. Je n'ai pas lu les comics, je ne ferai donc pas partie de ceux qui regrettent que l'adaptation ne soit pas 100% fidèle, mais rappelons que cela aurait été impossible pour une histoire de droits sur les personnages.

Les frères Russo tenaient à conserver le caractère viscéral du précédent opus, et souhaitaient que cette qualité s’étende à tous les personnages, comme l’explique Anthony Russo « Chaque personnage du film possède une personnalité distincte. Depuis notre collaboration sur Captain America : Le Soldat de l'Hiver, les acteurs savent que nous aimons donner un ton réaliste à ces films. Les histoires que nous racontons ont également un caractère politique qui reflète les problèmes du monde réel, ce qui trouve immédiatement un écho chez le public. » L'objectif était de raconter une histoire qui expose le point de vue des deux camps. « Steve Rogers et Tony Stark ont tous les deux des arguments valables. Nous voulions que les gens soient tiraillés, ce qui génère une certaine tension pour la suite des évènements. »

Ce ne sont pas moins de 12 super héros que l'on retrouve au générique. Si Tony Stark/Iron Man et Steve Rogers/Captain America sont auto-proclamés leaders de leur camps respectifs, ce ne sont pas les seuls à être mis en avant, loin de là. Vision et la Sorcière Rouge sont ainsi les deux grandes révélations du film. Black Widow et War Machine sont plus discrets mais ne sont pas oubliés pour autant.

Bucky Barnes/le Soldat de l'Hiver est sans conteste LA révélation du film. Dans la lignée de Captain America : Le Soldat de l'Hiver, Civil War est définitivement le 3e opus de la saga Captain, tant il poursuit - et étoffe - l'intrigue du film de 2014. Je regrettais à l'époque que le personnage ne soit pas assez exploité alors qu'on lui devinait des origines intrigantes, j'avais raison et ce nouvel opus apporte de nombreuses réponses... et bien plus encore !

Les (petits) nouveaux ne sont pas en reste : Ant-Man - découvert l'an passé et qui rejoint pour la première fois les Avengers - mais aussi et surtout Black Panther et Spider-Man. L'un comme l'autre auront le droit à leur film en solo dans les prochaines années et on a déjà hâte ! Pour sa première apparition au cinéma, T’Challa, alias Black Panther, incarné par Chadwick Boseman s'impose de suite et le costume lui colle à la peau ! Motivé par des intentions très personnelles, le super-héros choisit de s’allier à Tony Stark même s’il n’est d’accord avec aucun des deux camps de la guerre civile. Spider-Man et Ant-Man jouent - eux - les fans de Iron Man et Captain America, un côté « fan service » qui apporte fraicheur et légèreté à un film dont ce n'est pas le cœur (même s'il n'est pas dépourvu d'humour pour autant).

Le rythme du film est savamment dosé, permettant à l'intrigue et aux personnages d'évoluer. Le scénario est sans conteste l'un des points forts, en 2h20 il parvient - là où Avengers : L'ère d'Ultron avait plus de mal - à donner de la profondeur et de la consistance à l'ensemble des protagonistes, et surtout un vrai rôle à chacun, un peu à contre emploi par moments. Steve Rogers est à la tête de la nouvelle équipe des Avengers et refuse cette ingérence. Ancien magnat des armes, mégalo et rebelle, Tony Stark n’est plus le même homme. Il a tiré les conséquences des récents événements avec Ultron, et contre toute attente, il pense lui aussi que les Avengers ont besoin d’être placés sous la tutelle d’un organisme de régulation gouvernemental. Cette décision l’oppose non seulement à S. Rogers sur le plan politique mais également sur le plan personnel – et leur antagonisme va se révéler plus dangereux qu’ils n’auraient pu l’imaginer. Chacun fait des choix, chacun choisit son camp... autant de décisions qui auront à n'en pas douter des lourdes conséquences sur la suite de la phase 3.

Dans un camp comme dans l'autre, les faiblesses se dessinent. Il est loin le temps des Avengers tout-puissants à qui rien ne pouvait résister. Les personnages ont muri, traversé de nombreuses épreuves - que ce soit ensemble ou de manière individuelle - et cela se ressent définitivement.

Derrière cette division, un personnage tire son épingle du jeu : le mystérieux Zemo, incarné par Daniel Brühl. Ce personnage énigmatique agit dans l’ombre et, sans être responsable des évènements qui ont conduit à la guerre civile, attise les flammes du conflit. De l'avis même de Kevin Feige « il s’agit d’un personnage d’un genre très différent qui possède sa propre histoire et ses propres motivations. » Si sa mission semble claire - diviser pour mieux régner et ainsi détruire les Avengers -, ses motivations sont plus floues. Il explique avoir perdu une partie de sa famille suite aux évènements de Sokovie, raison pour laquelle il en veut à l'ensemble des super-héros qu'il tient pour responsables et veut voir détruits. On ne peut néanmoins se demander si une puissance ou une organisation (beaucoup) plus forte ne se cacherait pas derrière lui (retour de l'HYDRA ? Thanos ?). Les films à venir nous apporteront peut-être des réponses. Le cas échéant, il restera un méchant aux allures de faire-valoir, dont le rôle s'apparente à celui d'un détonateur, chargé de faire imploser les Avengers... et c'est bien ce point qui est au cœur du film !

Point d'overdose d'action mais Captain America : Civil War offre une alternance de moments épiques et d'autres plus intimes, et surtout un vrai scénario qui se construit et prend forme progressivement. Sans doute LA véritable attente du film, l'affrontement entre les deux clans (Team Cap vs. Team Iron Man) sur le tarmac d'un aéroport tient toutes ses promesses... et bien plus encore ! Parfaitement dosé, il n'est ni trop long, ni trop noir, un savant dosage d'action et d'émotion, bravo ! Une mention spéciale à Ant-Man et à Spider-Man qui apportent une réelle touche de fraicheur et de renouveau au combat, humour et référence à Star Wars comprises.

L'intrigue reprend alors de plus belle pour finir un combat entre un Tony Stark usé et désabusé et un Steve Rogers rebelle et déterminé, pour qui l'honneur et la famille passent avant tout. Là où le dénouement de L'ère d'Ultron semblait écrit d'avance (même si à titre personnel j'aurais bien aimé voir Ultron l'emporter) et où les Avengers s'en sortent (presque) tous, ici l'issue est beaucoup plus incertaines et les enjeux autrement plus importants.

Artistiquement et graphiquement, Captain America : Civil War War est une réussite. Le fond vert est maitrisé, et de nombreuses scènes semblent avoir été tournées en décors réels ce qui renforce encore l'immersion ! La réalisation est parfaitement maitrisée. La musique, signée Henry Jackman, est sobre mais efficace.

Captain America était un film de guerre, Captain America : Le Soldat de l'Hiver offrait un mélange entre un thriller politique des années 1970 sur fond d'espionnage et une histoire de super-héros complètement contemporaine. Captain America : Civil War prend lui des airs d'Avengers et fait même encore plus fort que le précédent en terme de réunions de super-héros... une réussite ! La saga Captain est définitivement la plus intéressante de l'Univers Cinématographique Marvel, et son personnage en est un des plus mystérieux et complexe.

Le film est jalonné de clins d’œils et d'allusions à l'univers Marvel et aux comics, autant de références qu'il n'est pas nécessaire d'avoir pour pouvoir apprécier le film et passer un bon moment, mais qui apportent un plus indéniable à la compréhension et à l'immersion. Plus que jamais, avoir vu les films précédents est un réel plus tant tout s'imbrique.

Captain America : Civil War marque le début de la phase 3 de l'Univers Cinématographique Marvel dont il est (déjà) le 13e film. 1 à 2 films par an, et même 3 à partir de 2017, le rythme est effréné depuis Iron Man en 2008. On aurait pu craindre que cela ne finisse en overdose ou par s’essouffler : il n'en est rien, bien au contraire !

La route est encore longue avant Avengers : Infinity War prévu (en 2 volets) pour 2018 et 2019, et l'affrontement annoncé avec Thanos ! La suite c'est Docteur Strange, en octobre, un petit nouveau ! Ce sera ensuite Les Gardiens de la Galaxie 2 où l'on peut supposer que l'on apprendra un peu plus sur les pierres de l'infini, absentes de Civil War. Spider-Man et Black Panther auront le droit à leur film solo, Ant-Man reviendra aussi. La phase 4 est d'ors et déjà annoncée, et on peut parier qu'elle tournera autour des Inhumains, ces derniers étant au cœur du dernier film prévu pour clôturer la phase 3 !

L'arrivée de Spider-Man au sein de l'Univers Cinématographique Marvel a d'ailleurs été une réelle surprise, annoncée l'an passé par Marvel et Sony, les droits du personnages appartiennent en effet aujourd'hui à Sony. Cette arrivée est une des conséquences de l'échec (relatif) de The Amazing Spider-Man 2 au cinéma. Marvel Studios peut utiliser Spidey au sein de ses films. En revanche, les films "solo" restent dans le giron de Sony bien qu'étant totalement intégrés au MCU. Le prochain film a d'ailleurs été annoncé il y a quelques jours : Spider-man : Homecoming ! Un reboot qui n'en sera pas totalement un (il ne reviendra pas une énième fois sur les origines des pouvoirs de l'homme araignée) mais qui nous présentera un Peter Parker beaucoup plus jeune - puisqu'il est encore lycéen - campé par Tom Holland, en collocation avec sa meilleure amie. Le film s'annonce comme un teen-movie, beaucoup plus fun et léger que les précédents, dans la veine d'un Ant-Man !

En conclusion

A défaut de faire progresser l'intrigue sur les pierres d'infinité (et ce n'est pas plus mal, le film serait vraiment devenu trop complexe), Captain America : Civil War se contente (!) de poser les jalons de ce que vont devenir les Avengers, non sans douleur... La "guerre civile" tant attendue a bien lieu et ne laisse personne indemne. Quel plaisir de retrouver les Avengers historiques, de les voir rejoint par des petits nouveaux, de découvrir les personnages qui évoluent et gagnent réellement en profondeur et de découvrir de nouvelles têtes ! Alors bien sûr il reste encore des personnages à introduire et tous n'ont pas encore rejoint le groupe, mais la base est là et dessine ce que sera la suite !

Une scène d'ouverture explosive, un combat mémorable sur le tarmac d'un aéroport et un affrontement final plus intimiste sont définitivement les moments forts du film. Le reste fait la part belle au développement de l'intrigue et des protagonistes pour notre plus grand plaisir, mais n'oublie pas l'action pour autant. Les frères Russo nous montrent une nouvelle fois toute l'étendue de leur talent de réalisateurs. Chacun des personnages est particulièrement développé et mis en avant, dans une intrigue plus calme et plus posée, loin de « l'overdose » de Avengers : L'ère d'Ultron qui finissait par faire fouillis.

Les enjeux n'ont jamais été aussi importants - pour l'avenir des Avengers mais aussi pour celui du monde - et les choix des personnages n'ont jamais eu autant d'impact qu'aujourd'hui. Captain America : Civil War est sans conteste le film le plus dense et le plus complet, probablement aussi le plus réussi et le plus abouti - avec Avengers -, des 13 films de l'Univers Cinématographique Marvel qui se construit ici encore un peu plus. Les réalisateurs nous offrent une vraie réussite maîtrisée de bout en bout, 2h20 d'action et de rebondissements et l'introduction à la phase 3 que tout le monde attendait !! Le film tient toutes ses promesses : il fait le lien avec les précédents opus de la saga Captain America, introduit Tom Holland en Spider-Man, offre une introduction mémorable à Black Panther et surtout pose les bases de ce que vont devenir les Avengers. « GG les Russo !» On se demande comment il sera possible de faire mieux avec Avengers: Infinity War.