[Preview] On a vu les premières images de Vaiana, le Disney de Noël 2016

Parmi les présentations évènementielles de ce 40e Festival international du film d'animation d'Annecy, celle des Walt Disney Animation Studios était sans conteste l'une des plus attendues. Les festivaliers s'étaient donné rendez-vous nombreux à Bonlieu en ce vendredi matin pour assister à la présentation des premières images de Vaiana, la légende du bout du monde.

Deux réalisateurs de légendes

La présentation s’est ouverte avec un clip hommage à John Musker et Ron Clements. Présents au sein des studios Disney depuis plus de 30 ans, ces deux messieurs sont en effet des sommités. Ensemble, ils sont à l’origine de nombreux classiques Disney, parmi les plus aimés et respectés : Basil, détective privé, La Petite Sirène, Aladdin, Hercule, La Planète au trésor ou encore La Princesse et la grenouille. Pour beaucoup de passionnés d’animation – et c’était d’autant plus vrai pour une grande partie des festivaliers présents dans la salle, moi le premier –, ces réalisations font partie des films qui ont bercé notre jeunesse et nous ont fait aimer Disney et l’animation. Les deux hommes ont eu l’immense privilège de travailler avec certains des « Nine Old Men », les animateurs historiques de Disney, ou encore avec des compositeurs de génie parmi lesquels Alan Menken ou Howard Ashman. Cela apparaissait donc comme une évidence de leur rendre hommage, hommage qui s’est conclu par de très longs applaudissements tandis qu’ils faisaient leur entrée sur scène.


John Musker, Ron Clements & Marcel Jean sur la scène de Bonlieu

Longtemps, John Musker et Ron Clements ont été les gardiens de l’animation traditionnelle 2D chez Disney. On leur doit le dernier film Disney 2D (à ce jour) sorti en 2009 et dont Tiana était l'héroïne. Vaiana, la légende du bout du monde est leur premier film en 3D. Après des projets originaux et plus « dans l’air du temps » - Les Nouveaux Héros et Zootopie -, le film marque également une sorte de retour aux sources pour le studio, avec des thèmes beaucoup plus classiques. Mais alors, que vaut le prochain Disney de Noël ?

« Mesdames et messieurs »

La présentation s’ouvre par une introduction de John Musker, en français, très appréciée des festivaliers. Elle se poursuivra en anglais, le réalisateur concédant être plus à l’aise avec la langue de Shakespeare. En préambule à tous les contenus ramenés de Burbank, nous découvrons l’affiche française exclusive, quelques jours après une première affiche « monde ».

Les réalisateurs ne sont en effet pas venus les mains vides, loin de là. Les heureux veinards que nous sommes vont avoir le privilège de découvrir des images exclusives et notamment 19 minutes animées encore inachevées ! Pour un passionné d’animation c’est un réel plaisir de découvrir autant d’images encore en « work-in-progress ». Il est toujours intéressant de voir comment le film prend vie, se rendre compte de tout le travail accompli et comparer avec le résultat final.

Aux origines du 56e long-métrage des Walt Disney Animation Studios

Titré Moana outre-atlantique, le film a été renommé Vaiana, la légende du bout du monde en Europe, notamment pour des raisons légales. En langue maorie, Vaiana signifie « eau » tandis que Moana signifie « océan », la thématique est respectée.

A date, l’animation est réalisée environ et à moitié et toutes les équipes travaillent activement, les extraits dévoilés ne sont donc pas finalisés. Storyboard et layouts se mêlent à des images plus avancées. La musique est en partie temporaire. En revanche, les voix sont (quasi) définitives, l’occasion de découvrir Dwayne « The Rock » Johnson prêter sa voix au demi-dieu Maui et Auli'i Cravalho, une jeune Hawaienne de 15 ans choisie à l’issue d’un casting parmi des milliers de prétendantes pour interpréter Vaiana (aka. Moana) en version originale.


Dwayne « The Rock » Johnson • Auli'i Cravalho

Un voyage au bout du monde

Le projet a démarré il y a environ 4 ans par un grand voyage (en fait deux) de découverte dans le Pacifique sud, aux îles Fidji, Samoa et en Nouvelle-Zélande, sur les traces du peuple Maori. Cela a été l’occasion d’une plongée dans la culture locale, au cœur du quotidien des habitants. Tous ont pris conscience de l’importance de l’océan dans la culture maorie - « les gens sont comme connectés avec lui » - mais aussi celle de la musique dont ils ont pu s’imprégner.

L’équipe du film est rentrée avec des images plein la tête et les pellicules, et de nombreux carnets de croquis bien remplis. Toutes ces recherches ont pour objectif d’apporter le plus d’authenticité au projet.

Les réalisateurs confient être revenus transformés et avec de très nombreuses inspirations. Ces voyages ont changé leur vision de cette partie du monde et façonné l’histoire qu’ils souhaitaient raconter. « Les habitants que nous avons rencontrés lors de notre périple, leur patrimoine chargé d’histoire et de traditions, et leur musique extraordinaire nous ont marqués à jamais. Nous avons hâte d’évoquer cette expérience. » Vaiana, la légende du bout du monde va plonger les spectateurs dans les contes et histoires Maori...

« Musique ! »

La musique occupe une place prépondérante dans la culture maorie, « il y en a partout ». C’est donc tout logiquement qu’elle est aussi au cœur du film.

Trois artistes – parmi les plus talentueux du moment – vont collaborer pour réaliser la bande originale : Lin-Manuel Miranda (connu notamment pour la comédie musicale Hamilton), Mark Mancina (Speed, Tarzan) et Opetaia Foa’i (fondateur et chanteur du groupe Te Vaka). « La musique qu’ils sont en train de composer ne ressemblera à aucune autre, et pourtant elle aura l’air d’avoir toujours fait partie de notre univers. »


Te Vaka • Loimata e maligi


Le groupe "Te Vaka" au D23 en août 2015

L'histoire

« Il y a 3000 ans, les Maoris étaient de grands navigateurs qui évoluaient en mer à l’instinct, connectés à l’océan. Ils ont soudainement arrêté de voyager avant de reprendre 1000 ans plus tard... mais personne ne sait vraiment pourquoi. » Cette histoire aux airs de légende fait partie de la culture maorie et se transmet de générations en générations, mais aucun écrit ne l’explique.

Que s’est-il passé ? C’est ce mystère qui a inspiré les scénaristes et a donné naissance à l’histoire.


Vaiana, la légende du bout du monde - Première bande-annonce française

Les personnages

Vaiana est une jeune fille de 16 ans, curieuse et aventureuse, au tempérament bien trempé (« un peu badass » diront les réals). Elle est la fille du chef du village, Tui. Ce dernier protège son peuple, et notamment sa fille, en faisant respecter les règles ancestrales. La première d’entre elle stipule notamment qu’il est strictement interdit de quitter l’île. Tous ceux qui ont essayé ne sont jamais revenus...

La grand-mère de Vaiana a un point de vue radicalement opposé à celui de Tui. Elle est persuadée que son peuple a perdu quelque chose de vraiment important le jour où il a arrêté de voyager. Elle espère qu’un jour il recommencera, et espère être encore en vie le jour où cela se produira. C’est également une conteuse qui raconte à sa petite-fille l’histoire de leur île et de ses ancêtres et notamment celle de Maui, le demi-dieu légendaire.

Renouant avec la tradition des animaux de compagnie, Vaiana est accompagné de Hei Hei, son plus fidèle compagnon, un coq au Q.I proche de 0 qu’elle sauvera plusieurs fois d’une mort certaine.

Sans qu’elle ne sache vraiment pourquoi, Vaiana est éprise de liberté et d’envie de voyager depuis qu’elle est toute petite. Elle cherche également à savoir ce qu’il est arrivé à ses ancêtres. « Tour à tour indomptable, passionnée ou rêveuse, elle semble posséder une connexion unique avec l’océan », confesse John Musker. En prenant la mer pour une mission des plus périlleuses, elle va devoir se battre contre la culture et contre les lois de son peuple...


Vaiana


Tui


Hei Hei

19 minutes animées

Le premier extrait présenté est la séquence d’ouverture. Façon « il était une fois », ce prologue s’ouvre sur une musique avec des chœurs quasi-mystiques qui nous collent des frissons dès les premières images et nous plonge dans les légendes du Pacifique, à une époque où les Maoris étaient un peuple voyageur. On y voit Maui, le demi-dieu légendaire, dérober le cœur de la mystérieuse île de Te Fiti – un petit caillou vert qui maintient l’équilibre du peuple Maori – pour l’offrir aux hommes, entrainant une malédiction. Cette séquence nous introduit également d’autres demi-dieux avec lesquels Maui est en conflit.

Le film se poursuit par l'enfance de Vaiana. Tandis qu’elle grandit, elle est de plus en plus appelée par l'océan, sans comprendre pourquoi.

Dans le deuxième extrait dévoilé, Vaiana fait part de ses interrogations à sa grand-mère, qui est la seule personne à l'écouter et à la comprendre. Celle-ci décide alors qu’il est enfin temps de lui raconter le secret de l'île et l'emmène dans une grotte mystérieuse... A l’intérieur de celle-ci se trouve un tambour magique. En tapant dessus, Vaiana se retrouve propulsée dans le temps, à l’époque où ces ancêtres voyageaient sur les océans. Ce flash-back se fait en musique et en chanson. La jeune femme en ressort enthousiaste et tout devient enfin clair pour elle. Elle comprend d'où vient cette voix qui l'appelle depuis qu'elle est toute petite : c'est elle qui doit partir à la recherche de Maui pour lever la malédiction qui prive son peuple de voyage depuis un millénaire. Sa grand-mère lui fait promettre de réussir...

Le troisième extrait nous introduit la rencontre entre Maui et Vaiana, où cette dernière ne se laisse pas vraiment faire. Alors que le demi-dieu semble couler des jours paisibles, notre princesse va le convaincre de partir à la recherche du cœur de Te Fiti et l’aider à lever la malédiction...

Cet extrait est l’occasion d’en apprendre un peu plus sur Maui. Drôle et charismatique, il possède un hameçon magique qui lui permet de se transformer en n’importe quel animal et de faire surgir des îles englouties, et va jouer un rôle important dans l’intrigue. Son corps est recouvert de tatouages vivants racontant ses exploits. L’un d’eux est sa conscience, son « Jiminy Cricket ». Les tatouages sont animés en animation traditionnelle 2D, mappée ensuite sur de la 3D. On apprend également que Maui – et donc Dwayne Johnson – chantera.

Le quatrième extrait nous introduit les Kakamoras, des pirates en forme de noix de coco. Vaiana se lance à l’assaut de leur bateau pour récupérer le cœur de Te Fiti dans une scène grandiose « digne de Mad Max ».

« Vaina est l’un de nos personnages préférés » confient les réalisateurs qui se disent « très honorés de travailler sur un tel projet ». « John et moi avons été partenaires sur de nombreux films d’animation », reconnaît Ron Clements. « Nous avons passé ensemble de très grands moments, mais la création de Vaiana a quelque chose d’encore plus jouissif dans nos carrières. C’est une aventure homérique qui va nous entraîner au milieu des superbes paysages australiens ! »

L’alchimie entre Vaiana et Maui est au cœur du film. Leur périple les confrontera à des monstres géants de l’océan (dont un crustacé géant et une méchante de lave), mais également sous la surface de l’océan où se cache un monde secret.

Véritable quête identitaire, ce voyage permettra à la jeune fille de découvrir qui elle est, ce qu’elle peut faire et jusqu’où elle peut aller... avec « bien sûr » une touche de magie. Tout cela promet des séquences fortes en émotions, comme Disney sait si bien en faire.

La présentation se termine avec un cinquième et dernier extrait où Vaiana, enfant, rencontre l'océan pour la première fois. Reflet de la culture Maori dans laquelle baigne le film, l’océan sera un personnage à part entière. Chargée de magie et d’émotion, sur la magnifique musique de Te Vaka, cette séquence a achevé de mouiller nos yeux, déjà bien humides à l’issue de la présentation. Pour l'anecdote, il s'agit de la première séquence complète du film à avoir été animée.

Mon avis

Moins « original » que Zootopie qui était en phase avec son temps et truffé de références à notre société, Vaiana, la légende du bout du monde apparait comme un véritable retour aux sources pour les Walt Disney Animation Studios. Les studios nous promettent pour Noël un « Disney » beaucoup plus classique, intemporel et universel, empreint de magie et de mythologie.

Ce ne sont pas moins de 19 minutes animées, encore inachevées, que les réalisateurs ont amenés avec eux. Réparties en 5 extraits, celles-ci nous offrent un premier et (très) bel aperçu. Beau, drôle et émouvant, le film promet d’être sublime, avec une ribambelle de personnages attachants et une musique dépaysante pour laquelle j’ai eu un véritable coup de cœur.

Héroïne moderne, Vaiana revendique son héritage Disney – empruntant à Pocahontas, Lilo, Milo ou bien encore Raiponce... une jeune femme forte et indépendante, curieuse et aventureuse, motivée et déterminée. Accompagnée de son fidèle compagnon Hei Hei, un coq pas vraiment futé, elle va être obligée de collaborer avec Maui, demi-dieu déchu... mi-dieu, mi-mortel, mais 100% génial. Comme bon nombre de Disney, celui-ci repose sur un duo aussi improbable qu’inattendu, lié par la force des évènements.

Je suis arrivé à la présentation (très) curieux, j’en suis ressorti impatient de découvrir le film terminé ! Tous les ingrédients d’un futur classique Disney sont déjà réunis ! Ce Noël, Vaiana, la légende du bout du monde nous invite à un magnifique voyage, musical, magique et féerique.


Osnat Shurer (productrice), Dwayne Johnson, Opetaia Foa'i, John Musker & Ron Clements

1 commentaire

  1. #1 Ost

    Je préfère Moana que Vaiana, déçu....