[Critique] Le Grand Méchant Renard et autres contes

Le film

Ceux qui pensent que la campagne est un lieu calme et paisible se trompent, on y trouve des animaux particulièrement agités, un Renard qui se prend pour une Poule, un Lapin fait la Cigogne et un Canard qui veut remplacer le Père Noël. Si vous voulez prendre des vacances, passez votre chemin...

Le Grand Méchant Renard et autres contes arrive ce mercredi 21 juin dans nos salles !

Mon avis

« Si on se retrouve brutalement maman adoptive de poussins, doit-on leur apprendre à se comporter comme des humains ou comme des poules ? » Telle est la question qui trottait dans la tête de Benjamin Renner depuis son enfance et une visite à la ferme. Cette idée a continué à faire son chemin puis, plus tard, il s'est dit que la situation serait encore plus amusante si c’était un renard qui était contraint d’élever ces petits poussins... Le Grand Méchant Renard était né ! Après avoir achevé Ernest et Célestine, Benjamin a repris ces petits personnages et ce décor de ferme pour en faire une bande dessinée. L'histoire a tout de suite plu au producteur Didier Brunner qui a proposé à l'auteur d'adapter sa bande dessinée pour un spécial TV de 26 minutes !

A l’origine, il y aussi tous ces petits personnages hilarants auxquels Benjamin donne vie depuis plusieurs années déjà, souvent de manière (très) personnelle pour ces proches. Les héros récurrents étaient des animaux de la ferme – notamment un lapin et un canard – qui racontaient à chaque fois à la personne à laquelle la BD était destinée des histoires humoristiques pour lui expliquer pourquoi, une fois encore, elle n’aurait pas de cadeau ou pour féliciter de l'arrivée d'un nouveau-né ! De ces péripéties griffonnées, deux histoires ont vu le jour : Un bébé à livrer et Le Noël parfait.

Conquis par le travail de Benjamin et soutenu par des investisseurs (notamment Studio Canal qui distribue le film), D. Brunner a rapidement proposé à Benjamin de passer du petit au grand écran et d'adapter ses autres œuvres. Celui-ci a donné son accord, à condition de ne pas être seul réalisateur. C'est ainsi que Patrick Imbert, déjà directeur de l’animation sur Ernest et Célestine et sur le spécial alors en production Le Grand Méchant Renard, est devenu le réalisateur pour les deux autres segments du film !

Le Grand Méchant Renard et autres contes est le premier long-métrage du studio Folivari. Le film a été entièrement produit à Paris, avec une équipe réduite située dans le même bureau qui a réalisé l'intégralité du film. Cette proximité était d'ailleurs un souhait des réalisateurs et la fraicheur et la spontanéité du film lui doivent certainement beaucoup !

La bande-dessinée est minimaliste en termes de dessin. La première étape a donc été de repenser puis adapter ce dessin minimaliste au processus de l’animation. « Quand on dessine une BD, on s’autorise plus de coups de crayon et de coups de pinceau qu’on ne peut le faire en dessin animé » explique D. Brunner. « Benjamin a dû simplifier un peu ses dessins, mais il a un tel génie d’animateur qu’il compense cela par les mouvements et les expressions de ses personnages ».

Benjamin a supervisé l'ensemble de la production. Il a réalisé lui-même l’ensemble des modèles et des spécifications pour chaque personnage, que les animateurs n’ont alors eu plus qu’à appliquer ! Cela permet d’assurer une cohérence graphique et artistique à l’ensemble du projet, contribuant à en faire un VRAI film et non une simple compilation de 3 « courts-métrages » !

Le film a été entièrement animé à la main, chaque plan a été dessiné puis colorisé ! Si le travail a été fait sur ordinateur pour éviter de ne devoir abattre plusieurs forêts, l’ensemble de l’animation a été réalisée de manière traditionnelle, sans aucune assistance numérique. Le dessin de Benjamin ressemble à des croquis faits à main levée qui ne sont jamais fermés, les animateurs coloristes ont donc dû être attentifs et rigoureux pour ne pas dépasser.

Au niveau des décors, les artistes ont travaillé exclusivement sur ordinateur en utilisant des brosses qui donnent un effet aquarelle, typique du style de Benjamin. Les dessinateurs ont également réutilisés certains éléments de Ernest et Célestine : sur ce dernier, les décors avaient réellement été peints à l’aquarelle avant d’être numérisés, ce qui a permis de récupérer ici un arbre, là un buisson... ouvrez l’œil ! Le résultat final est magnifique, et je dois avouer que j'accrocherais bien un décor chez moi :).

Une fois écrit les 3 segments du film, il fallait trouver un moyen de les relier entre eux. Là encore, l’idée en revient à Benjamin. Amateur de théatre depuis son enfance, il a toujours été intrigué par ce qui peut se passer de l’autre côté du rideau avant que celui-ci ne se lève, c’est comme cela que lui est venue l’idée d’imaginer les 3 histoires comme des spectacles joués par les animaux de la ferme, les parties côté « théâtre » servant de transition et d’introduction.

Cela permet également un générique de fin où l’un des personnages fait le ménage pendant que les crédits défilent derrière lui. Il est évidemment dérangé pendant son ménage par d’autres protagonistes. En parlant de générique, guettez le attentivement, il parait qu’une recette de pâte à crêpes s’y cache... A taaaaaaaable !


Toute l'équipe du film sur scène à l'occasion de l'avant-première au Festival d'Annecy le 15 juin

Si le format du (Le) Grand Méchant Renard se prettait parfaitement à une adaptation animée de par sa construction et sa narration, il n'en était pas de même pour Un bébé à livrer et Le Noël parfait, qui s'étalent sur près de 200 pages et reposent beaucoup plus sur des suites de sketchs, façon « comic strip ». Benjamin Renner et Patrick Imbert aidés du scénariste Jean Regnaud ont ainsi eu à réaliser un véritable travail d'adaptation, pour réduire, restructurer et réinventer ces histoires. Le Grand Méchant Renard repose plus sur l'émotion, tandis que les deux autres segments prennent des airs de Tex Avery avec des situations comiques et improbables qui s’enchainent à 100 à l'heure. Les deux réalisateurs confessent que cela n'a pas été simple de trouver LE gag parfait, qu'il leur a fallu beaucoup d'essais pour arriver à ce résultat et que de nombreuses tentatives (ratées) ont fini à la poubelle !

Le résultat final est à la fois une série de petites fables qui ont du fond, qui disent des choses intéressantes aux spectateurs par le biais de la comédie, mais aussi une friandise que l’on déguste de manière jubilatoire... du génie !

La musique est un vrai coup de cœur. Elle est l’œuvre de Robert Marcel Lepage. Loin d’une musique « clichée » de cartoon, elle complète et sublime les images, apportant une verve humoristique qui renforce les situations de comédie comme les moments d’émotion. Le saviez-tu ? Chaque personnage principal a d’ailleurs son propre thème musical qui revient régulièrement, en étant remanié en fonction des nouvelles situations !

Le casting vocal est indéniablement l’une des forces du film, et il est tout simplement PAR-FAIT ! Le renard est le seul dont la voix a été choisie par les réalisateurs, il s'agit de Guillaume Darnault, entendu notamment dans les Kassos, qui apporte au personnage tout son amour pour ses poussins et toute sa maladresse. Pour le reste, c'est Céline Ronté, directrice de casting et directrice artistique, qui a été chargée de dénicher toutes les voix du film... et elle a fait un travail de fou ! La distribution est tout simplement PAR-FAITE ! Une fois n'est pas coutume, les voix ont été enregistrées en amont de la production et ont servi de référence aux animateurs, il ne s'agit donc pas seulement d'un travail de doublage mais d'une véritable création artistique.

Les comédiens qui participent au film sont tous des professionnels du doublage mais aussi du théâtre, et ils donnent vie de manière magistrale à leurs personnages. Pardon si j’en oublie mais bravo (et merci) à Boris Rehlinger dans le rôle du loup, Damien Wietecka dans le rôle du cochon, Antoine Schoumsky dans le rôle du canard, Christophe Lemoine dans le rôle de la cigogne ou encore Céline Ronté qui prête aussi sa voix à des poules ! Une mention toute particulière et un énorme coup de cœur pour les voix des poussins, interprétés par des enfants, et qui ne pourront que vous faire craquer.

En conclusion

Attention, chef-d’œuvre en approche ! Lors de ma découverte du film, je suis sorti de la salle en ayant mal à la mâchoire et au ventre d’avoir ri et souri ! Le film est beau, l'écriture est fine et subtile pour tous les âges. Benjamin Renner, Patrick Imbert et toute l’équipe de Folivari nous offrent 1h20 de bonne humeur, de tendresse et de rires pour toute la famille.

Le dessin s’anime de façon formidablement expressive, les performances vocales des acteurs sont savoureuses et la musique pétille. Tendrement doux et délicieusement drôle, Le Grand Méchant Renard et autres contes est un vrai coup de cœur, un film à croquer. Merci, bravo !

« Nous avons conçu le film comme un petit bonbon, comme un moment de détente léger, amusant et sans prétention à partager en famille. » Didier Brunner, producteur