Annecy 2017 - Jour 3

« Annecy, jour 3, let's the party continue ! »

Parité oblige, c'est moi, Laudine, qui vous raconterai mes péripéties au Festival du film international d'animation d'Annecy pour les 3 prochains jours. Et oui, CinéCoulisses était représenté par un duo pour cette édition 2017, nous nous sommes donc répartis le boulot avec Matthieu !


Gobelins 2017 - Wu Qi Dao

Pas de séance programmée ce matin, c’est l’occasion de découvrir l’exposition de la médiathèque de Bonlieu consacrée à la série animée Il était une fois la vie qui fête cette année ses 30 ans. Des panneaux retracent l’origine de la série et ses différentes évolutions, des vitrines présentent des concept arts et des storyboards originaux, on trouve également les bandes-dessinées, DVD et produits dérivés de la série.

Cette expo est l’occasion de rappeler des souvenirs au public qui a grandi avec les aventures du célèbre Maestro, mais curieusement elle s’adresse également à un public très jeune. On y trouve un atelier pour apprendre à dessiner Maestro et des livrets de jeux pour les enfants, c’est peut-être l’occasion de faire découvrir la série à la nouvelle génération !

Le dessinateur de la série Jean Barbaud, était en séance de dédicaces ce matin-là, l’occasion d’échanger un peu avec lui et de rapporter un souvenir. La cerise sur le gâteau : Maestro en personne qui déambule près de son stand !


Maestro & Jean Barbaud

Pendant ce temps, Matthieu assiste au work-in-progress (aka. WIP pour les intimes) de Petit Vampire, le nouveau projet du studio Autochenille d'après la bande-dessinée de Joann Sfar qui adapte une nouvelle fois une de ses œuvres après Le Chat du Rabin. Outre Joann Sfar en sa qualité de réalisateur, cette session est présentée par le producteur Antoine Delesvaux et par Adrien Gromelle.

Plus qu'un simple WIP, cette présentation prendra des airs de masterclass sera l'occasion d'évoquer le travail d'un auteur de bande-dessinée qui accompagne ses personnages pour le passage sur grand écran, de la survie d'un studio de cinéma en France ou encore de l'enseignement du dessin, de l'animation et plus particulièrement de la BD dans notre pays. Joann Sfar nous parlera ainsi de son tout jeune poste d'enseignant aux Beaux-Arts.

Si pour Le Chat du Rabin l'objectif de J. Sfar était de porter ses dessins à l'écran, pour Petit Vampire l'approche est différente : il s'agit d'animer et faire voyager les personnages. L'équipe du film avait fait le choix de nous présenter simplement des images fixes, des rendus mais pas d'animation... un peu frustrant il faut bien le reconnaitre, mais l'objectif était de ne pas montrer d'extraits non finalisés. Au cours de cette séance, nous en apprendrons plus sur la genèse de la BD et du film, sur le travail au sein du studio, sur l'histoire ou encore sur le style du dessin.


WIP in progress...


Petit Vampire

Mais revenons-en à ma journée... Ma première séance est celle de Animal Crackers, un long-métrage en compétition. Il raconte l’histoire d’un couple qui hérite d’un cirque qui doit son succès à un phénomène magique pour le moins insolite : des biscuits qui transforment ceux qui les mangent en animaux ! Je n’ai pas trouvé le film particulièrement drôle ou émouvant mais c’est un bon divertissement avec un scénario original qui amusera petits et grands. J’ai bien accroché à l’univers du cirque et au couple de héros qui incarne l’ambition, la débrouillardise et la complicité. Une belle aventure familiale !


Animal Crackers

Place ensuite à l’animation japonaise avec Rudolph the Black Cat dont a parlé Matthieu dans le Jour 1. Si j’ai trouvé les visuels jolis et la bouille du héros mignonne, on s’en lasse très vite. La vacuité du scénario et la lenteur du rythme prennent vite le dessus et provoquent un ennui certain, confirmé par la salle à moitié vide puis désertée pendant la séance.


Rudolph the Black Cat

J’ai ensuite assisté à la séance de Drôles de petites bêtes, un film adapté d’une série de livres pour enfants qui a bercé mon enfance (Mireille l’abeille, Barnabé le scarabée, Léon le bourdon...). A l’image des albums, le film est très mignon et plein de douceur mais sans humour ni grande surprise et s’adresse à un jeune public avant tout ! Je suis ravie de repartir avec une lithographie et le livre de Siméon le Papillon offert pendant la séance.


L'équipe de "Drôles de petites bêtes" sur la scène de Bonlieu


Les Festivaliers sont gâtés pour la projection de "Drôles de petites bêtes"


Drôle de petites bêtes

Au même moment sur le Paquier, les toiles de Van Gogh prennaient vie, en écho à la présence en sélection officielle du long-métrage La Passion Van Gogh...

Après un après-midi calme (comprendre « sans séances », ce qui est suffisament rare pour être signalé), Matthieu découvre en fin d'après-midi Lou et l'île aux sirènes que je verrai pour ma part demain matin. Un seul mot d'après lui pour qualifier le film : « JAPOOOOOOOOON !!!! » Fantastique, mystique, coloré, onirique, chantant, wtf... le film part dans tous les sens ! Mais de manière très étrange, il n'a pas passé un mauvais moment pour autant et ne regrette pas sa séance !


Lou et l'île aux sirènes

Ma dernière séance est ma préférée de la journée, la projection de Moi Moche et Méchant 3 parmi un public très enthousiaste qui a envahi la scène de Bonlieu de ballons et avions en papier à l’effigie du film. Adoratrice du premier volet, un peu moins du deuxième, j’avais beaucoup d’attentes sur ce troisième film. Reprenant quelques éléments qui fonctionnent dans les premiers épisodes, il rebooste la saga en apportant enfin un vrai méchant charismatique et en rendant Agnès plus mignonne que jamais ! Les Minions, toujours fidèles à eux-mêmes, apportent l’humour attendu sans tomber dans la lassitude. Complètement conquise !


Universal nous gâte...


L'équipe de "Moi Moche et Méchant 3


Moi Moche et Méchant 3

Pendant que je retrouve Gru, Matthieu retrouve Tadeo Jones ! Tad, the Lost Explorer, and the Secret of King Midas est la suite du 1er opus sorti en 2012 ! Le film est dans la veine du premier, simple et efficace ! On retrouve avec plaisir les personnages que l'on connait (même si un peu moins de momie n'aurait pas été de refus). L'histoire nous emmènes sur les pas du Roi Midas tout en lorgnant fortement sur ceux de Indiana Jones, c'est beau, on ne s'ennuie pas... bref, un bon film familial, à découvrir !


Tad, the Lost Explorer, and the Secret of King Midas

La soirée s’achève sur la plage de l’Impérial pour la soirée Zagtoon, nous sommes à mi-Festival et le quatrième jour nous attend...