[Critique] Moi Moche et Méchant 3

Le film

Nous retrouvons Gru et sa nouvelle épouse Lucy alors qu’ils sont mis à la porte de l’Agence Vigilance de Lynx. Nouvellement nommée à la direction, la terrible Valerie De Vinci leur reproche d’avoir fait capoter la capture de la dernière menace en date pour l’humanité : le Super Méchant Balthazar Bratt. Cet ancien enfant star de la télé des années 80 est désormais libre et plus résolu que jamais à prendre sa revanche sur Hollywood. Les Minions quant à eux voient dans ce licenciement l’occasion rêvée pour Gru de reprendre enfin ses activités illicites. Mais devant sa résolution de tracer définitivement un trait sur son passé de Super Méchant, ils démissionnent et partent seuls à l’aventure. Parmi eux, seuls Jerry et Dave qui avaient raté la grève menée par Mel, le nouveau leader improvisé de la rébellion, restent auprès de la famille.

Notre avis

En 4 films (si on inclut Les Minions), des millions de spectateurs et des milliards au box office, Moi Moche et Méchant est devenu une franchise dont le succès n'est plus à faire et dont chaque nouvel opus est attendu avec impatience. 3 semaines après sa sortie, Moi Moche et Méchant 3 totalise d'ailleurs déjà 4 millions de spectateurs en France !

Pour ce 3e opus, Chris Meledandri - le grand patron de Illumination Entertainment et producteur du film - avait deux objectifs : conserver ce qui avait fait le succès des films précédents, et créer des personnages et des situations innovantes !

Après avoir laissé s’échapper Balthazar Bratt, considéré comme la dernière menace en date pour l'humanité, Gru et Lucy sont renvoyés de la Ligue Anti-Vilains par la nouvelle directrice (aux faux airs de Dolores Ombrage). C’est à ce moment que surgit dans la vie de Gru son mystérieux jumeau... Dru ! Gru qui pensait être fils unique découvre qu’il a vécu toute sa vie dans le mensonge et part à la rencontre de ce mystérieux frère, à l’autre bout du monde dans un pays imaginaire où les moutons sont rois !

Il va découvrir que Dru a été élevé par leur père, qui n’était d’autre que le plus grand méchant de tous les temps, un personnage idolâtré par Gru sans jamais savoir qu’il y était vraiment. Dru propose à Gru de s’associer et de reprendre l’entreprise familiale (et surtout les gadgets ultra modernes que renferme un bunker ultra secret) pour devenir le plus grand duo de méchants. Gru commence par refuser, mais devant l’insistance de Dru il finit par accepter de mener une mission commune, pour récupérer le diamant volé par Bratt et laver son honneur auprès de la Ligue Anti-Vilains... un plan qui forcément ne va pas se passer comme prévu.

Même s'ils se ressemblent physiquement comme deux gouttes d'eau, Gru et Dru n'ont pas du tout la même vie, leurs personnalités et leurs ambitions semblent ainsi radicalement opposées, ce qui passée l'euphorie des retrouvailles va fatalement déclencher des étincelles... mais les apparences peuvent parfois être trompeuses.

Balthazar Bratt est un super vilain totalement kitsch et has been, aux faux airs de Megamind. Enfant-star des années 80, il était le héros d’un show TV à succès dans lequel il interprétait un super vilain. Quand le show a été annulé, la rancœur lui est montée à la tête et son personnage a commencé à prendre le dessus sur sa personnalité... ce qui fait qu’aujourd’hui il est un véritable vilain aux plans diaboliques, le premier d’entre eux "se venger des personnes qui ont détruit sa vie" : Gru & Hollywood !

Coincé dans les années 80, ce vilain se révèle attachant mais aussi menaçant, et surtout beaucoup plus convaincant que El Macho, l'antagoniste du 2e opus. L’ambiance rétro années 80/90 qu'il dégage est sans conteste l'une des grandes réussites du film, avec une playlist musicale et de nombreuses références à la pop-culture de l’époque qui parleront à coup sûr aux trentenaires (ou presque) d’aujourd’hui !!

Qu'il s'agisse de la relation entre Gru et Dru ; de celle entre Lucy et les filles ; ou bien encore du lien qui unit les Minions entre eux et à Gru... la famille est au cœur de ce nouvel opus.

Lucy peine toujours à s’affirmer comme « mère » auprès des filles, surtout face à une Margo qui avait toujours tenu les rênes jusqu’à présent. Pour pimenter le tout, Edith et Agnès en profitent pour s’engager sur la pente savonneuse de la grosse bêtise, à la recherche d’une véritable licorne mythique. Ce nouvel opus va être l’occasion pour chacune de s’affirmer et de trouver sa place, un thème actuel qui devrait trouver écho auprès de nombreuses familles recomposées.

Mais que serait un film Moi Moche et Méchant sans les Minions ?!? Moins (omni)présents que dans le 2e opus, les héros jaunes les plus connus et les plus cools du cinéma retrouvent leur place en marge de l'histoire principale, une place qui leur sied beaucoup mieux et rend leurs apparitions d'autant plus savoureuses.

Dans la pure tradition des Minions, ils vont se retrouver dans des situations improbables avec notamment un passage sur le plateau de Sing (aka. Tous en scène en VF) au beau milieu des auditions, avant de finir en prison où ils vont faire régner la terreur... Mais Gru et les Minions sont inséparables et cet épisode le confirmera ô combien.

L’univers musical de Moi Moche et Méchant 3 est émaillé de la bande sonore d'Heitor Pereira couplée avec les morceaux incontournables de Pharrell Williams. Les deux musiciens collaborent ensemble depuis le premier film et rivalisent de talent pour faire écho à la moindre émotion ou au plus subtil sentiment qui s’exprime à l’écran.

La bande originale comporte ainsi 5 nouvelles chansons écrites spécialement pour le film, dont une avec Trey Parker, le créateur de South Park et interprète de Balthazar, que l'on peut entendre dans le générique de fin. Le film est également l'occasion d'entendre de nombreuses chansons cultes comme "Jump" de Van Halen, "Take On Me" du groupe A-ha ou encore "Bad" de Michael Jackson.

Entre la bande-son, les références musicales des années 80/90 et les tubes de Pharrell Williams, il y a de quoi faire et on tient là la meilleure bande originale de la série !

Au bout de 4 films, la franchise peine à se renouveler vraiment, l'esprit de découverte et de nouveauté n'est plus là et les émotions sont moins présentes, la recette est toujours un peu la même (rythme un peu poussif au milieu après une super intro et avant une fin épique), mais qu'importe... ne boudons pas notre plaisir !

Reprenant les éléments qui fonctionnent dans les premiers épisodes, Moi Moche et Méchant 3 rebooste la saga en apportant enfin un vrai méchant charismatique et en rendant Agnès plus mignonne que jamais ! Les Minions, toujours fidèles à eux-mêmes, apportent l’humour attendu sans tomber dans la lassitude.

De Star Wars aux télé-crochets, le film est saupoudré de très nombreuses références à la pop culture, qu'elles soient restées dans les années 80/90 avec Bratt ou beaucoup plus récentes avec les Minions. De nombreux clins d’œil au reste de la saga et autres films du studio Illumination sont également présents. Il est fort probable qu'un seul visionnage ne soit pas suffisant pour tous les repérer !

En conclusion

7 bonnes raisons d'aller voir le film :
- Balthazar Bratt, le nouveau méchant rétro et kitsch est une vraie réussite.
- L'ambiance années 80/90 est un véritable coup de cœur. La bande originale supervisée par Pharrell Williams chatouille les oreilles.
- L'autodérision et les clins d’œils au reste de la saga sont omniprésents.
- Agnès et Edith trouvent une vraie licorne.
- Les Minions sont toujours au top sans en faire trop et ne tirent plus toute la couverture à eux (normal après un film qui leur était dédié).
- Les références à la pop-culture sont légions, des années 80 à nos jours.
- Le film fait la part belle à la famille : Gru, Dru, Lucy et les filles.

Fort de son ADN, Moi Moche et Méchant 3 file naturellement et offre un bon moment pour toute la famille, un film drôle et efficace, parfait pour l'été !